• 19/09/2018

Ça y est ! Après une formidable et enrichissante saison en -15F PACA l'année dernière, notre jeune groupe a découvert, avec succès, la catégorie d'âge -17 et toujours en PACA grâce à des qualifications maîtrisées il y a quelque semaines. A la maison, les filles de Davor et de son adjoint Yvan se sont imposées nettement 30 à 18 contre Concernade.

Pourtant, jusqu'à la 21e minute de jeu, les Bucco-Rhodiennes, pas venues pour faire de la figuration, étaient toujours dans le coup : 9 à 8 pour Antibes. En effet, les filles sont rentrées timidement dans la partie et c'est même Concernade qui ouvre la marque. Les filles récupèrent beaucoup de ballons, mais qui sont rapidement gâchés suite à de nombreuses maladresses à 6 mètres. Il faut bien avouer que le ballon imposé par les adversaires se révèle être trop glissant et 20 minutes seront nécessaires pour s'y habituer. Nos blanches prennent alors le contrôle du match et vont faire la course en tête sans faire le trou.

A partir de là les filles vont se révéler supérieures. Si cette première victoire est une réelle satisfaction, les coachs seront attentifs à rappeler que le championnat s'annonce long et très difficile. Un résultat parfait pour débuter mais loin d'être parfait dans le jeu.

Dans son rôle de Capitaine, mais aussi dans le jeu, Sofia a rassuré tout le monde et Sabrina, de retour à la compétition après sa blessure, a apporté beaucoup de confiance au groupe. Quant à Nell... Vous la connaissez maintenant ! Toujours là, sur le banc, là bloc, à attendre ses galères physiques ne soient plus qu'un mauvais souvenir.

Dans les autres résultats de cette première journée, les scores fûrent également larges. Val D'Argens à par exemple battu La Garde 37 à 23. Un écart encore plus large pour Toulon face à Mazan 33 à 18. Enfin, Valréas a gagné à la maison contre Aix 38 à 24 et Cannes-Mandelieu a perdu 25 à 33 à Gap. D'ailleurs, c'est aux Mûriers que nous iront samedi après-midi pour y affronter les Cannoises.

Davor :

"Ça fait plaisir pour les gamines ! Mais, il n y a pas de quoi s'enflammer. En début de match on a commis plusieurs erreurs défensifs et loupés trop de tirs faciles à cause d'un peu de stress, puis, peu a peu, on s'est libéré et on a réussi à faire le trou ! ! Ce qui compte, c'est que les filles se battent, les erreurs font partie de l'apprentissage, il n y a pas de mal à ça. Pour ce qui est des 2', sept contre nous et seulement trois contre nos adversaires, j'explique cela par un manque de maîtrise, mais aussi par rapport au physique qui nous est souvent défavorable. Nous sommes plus jeunes, donc souvent moins costauds. Mais il y a beaucoup de positif, nous ne sommes qu'au début, il y a énormément de choses a travailler individuellement et collectivement."

Yvan :

"Je suis très satisfait de la prestation de l'ensemble des joueuses. Elles ont été très efficaces là où on les attendait le moins, en défense. C'est assez rassurant. Pour le moins tout n'a pas été parfait. Des mauvais choix en attaque, dus à la jeunesse des filles, qui ont souvent précipité certaines situations, là où plus de discernement aurait été nécessaire. Le point le plus positif est pour moi l'attitude de nos filles dans le combat et la solidarité. Elles ont été courageuses durant les 60 minutes, et ont bien mis en exergue les valeurs que nous voulons voir sur un terrain de handball."


  • 01/09/2018

Elles connaissent, ou presque, déjà la chanson. Notre génération féminine qui jouera en -17 PACA évoluait déjà à ce niveau la saison passée mais... En -15 ! Et oui, gros changement.

Alors, depuis le 16 août, les filles de Davor Brkljacic arpentent la salle Saint-Claude et les chemins de Vaugrenier pour arriver prêtes. A ce niveau de compétition, si l'on aspire à être compétitif et à avoir de belles ambitions, l'improvisation est bannie. "On avance à une cadence de quatre séances par semaine dont une de physique à Vaugrenier", nous explique Yvan Merlino, l'adjoint de Davor. "La plupart des filles ont repris et lors de la dernière séance on comptait quinze gamines sous les ordres de Davor. Même les blessées, Nell et Sabrina, n'en manquent pas une. Deux exemples à suivre."

Pour les techniciens, le principal chantier se situe en défense, secteur où les difficultés sont importantes, mais chacune de filles sera utilisée à bon escient. "On s'adaptera aux qualités naturelles des filles pour leur proposer la meilleure solution possible et ainsi devenir performantes défensivement. En attaque Davor veut leur insuffler la maîtrise du jeu en mouvement et sans ballon. Nous disposons de profils de filles bien différents qui se complètent assez bien."

Signalons que logiquement il ne faudra pas s'attendre à des prouesses lors du premier trimestre. Enfin nous verrons bien... Quoi qu'il advienne, il ne faudra jamais oublier qu'elles jouaient toutes en -15 ans il y a encore quelques semaines. "Nous sommes très optimistes sur les progrès qui seront réalisés, car le sérieux de ce groupe est vraiment impressionnant. Sérieux, envie d'apprendre, écoute et assiduité, tous les ingrédients sont là pour réussir une bonne saison d'apprentissage. N'oublions pas que nos jeunes filles sont très très jeunes, beaucoup de 2004 quand les adversaires seront de 2002."

Suite du programme, les entraînements bien entendu et une grande journée le 8 septembre à Saint-Etienne de Tinée avec une randonnée le matin et du handball l'après-midi. Puis, débutera la dernière ligne droite avant le début du championnat le 15 septembre à la maison à 17h00 contre Concernade avant d'enchaîner le 22 à Cannes-Mandelieu et le 29 lors de la réception de Gap ! "Concernade, ce sera notre grand test de reprise. Nous aurons besoin d'une très grosse assistance pour pousser nos jeunes représentantes à donner leur maximum."


  • 19/08/2018

Jeudi et vendredi notre groupe U17 a mis un nouveau pied dans la saison à venir, quelques semaines après ses qualifications victorieuses pour disputer le championnat PACA ! Un grand pas en avant pour cette jeune équipe qui jouait en PACA -15 ans la saison passée. Les sentiers de Vaugrenier leurs ont permis de bien entrer dans l'acquisition du foncier. Le réveil musculaire était également au programme sous la direction de Yvan Merlino, adjoint de Davor Brkljacic, entaineur de l'équipe et actuellement en stage avec son académie. « J'ai été surpris de constater que certaines filles étaient déjà très en jambes, au-delà de ce que je pouvais espérer », se ravi Yvan. « A partir de lundi on rentre dans le dur avec une dernière séance à Vaugrenier. Puis nous aurons trois séances en salle avec peut-être l'apparition des ballons. » Le groupe participera à un petit stage le samedi 8 septembre à Saint-Etienne de Tinée avec de la randonnée et du handball. Un programme de grandes ! Le premier match de championnat se fera à Saint-Claude contre Concernade.  


  • 01/06/2018

C'est avec une fierté et un soulagement incommensurable que nous avons vu le 27 mai dernier notre nouvelle équipe -17F se qualifier pour le championnat PACA qui aura lieu la saison prochaine !

Une sacré performance quand on sait que 100% de nos filles jouaient en -15F PACA cette année. Une totale découverte donc, contrairement à certaines joueuses de nos adversaires qui étaient déjà dans cette catégorie d'âge. D'ailleurs, point important, en -15, on ne joue pas avec la colle, en -17, oui, une adaptation parfaite des filles.

Nous nous qualifions à la différence de buts. Car si on s'impose 17 à 13 contre Grasse, nos deux très courtes défaites face à Cagnes-sur-Mer, 12 à 11 et contre Cannes – Mandelieu 18 à 16, nous permettre d'un cheveux de passer : une performance remarquable pour un premier tour.

Retour pour vous de Sébastien Garain qui a dirigé les opérations ce jour là à Mouans-Sartoux. « C'était super ! Lors du premier match, tout était très bien, tout le monde était très concentré. Sur les deux suivants, on perd d'un rien, on rate trop de shoots et de passes, notamment parce qu'avec la colle c'était très compliqué. Mais l'état d'esprit était là et les filles ont fait preuve de ténacité. Bravo aussi à tous les parents qui étaient présents. »

Ainsi, et pour encore insister car c'est un événement important vis à vis des valeurs et l'image de club mixte de haut niveau que porte notre club, voir sa génération fleurissante passer déjà en PACA, pour sa première expérience en -17, c'est formidable. Vivement la rentrée.


  • 11/05/2018
« Nous devons parler à tout le monde »

Entraîneur et éducateur reconnu, Davor Brkljacic nous rejoint pour la saison 2018-2019. S'il aura prioritairement les -17F à sa charge, il apportera toute son expérience et son expertise au club dans sa globalité au sujet de la formation.

 
Davor, comment ont débuté les contacts avec Antibes ?
Un peu par hasard. Un soir, Maë Ambit (Joueuse de notre N2F ; ndlr) m'a appelé pour un conseil sur son avenir. De fil en aiguille, j'ai su que Françoise souhaitait me parler. Nous avons échangé nos numéros et je sentais que c'était le bon moment pour moi de me lancer un nouveau défi. Alors, nous avons discuté. 
 
Ton ressenti sur le club de l'extérieur ?
Antibes, c'est un club que je suis depuis 2011 et mon arrivée ici, sur la Côte d'Azur. Je sais que c'est un club qui n'a pas de -18 France et aujourd'hui, si tu veux former tes jeunes pour jouer au niveau Nationale en senior, il faut être en France chez les jeunes. C'est la condition indispensable. 
 
Quelle sera la ligne directrice de ton travail ?
Nous allons surtout baser notre projet sur des valeurs ! L'école de la vie. Nous voulons, comme c'est le cas pour l'école, que les parents comprennent qu'il est important que leurs enfants viennent à chaque entraînement. Il doivent avoir conscience du bien fondé de cette assiduité. Certes, peut-être que 1% uniquement deviendra professionnel, mais les autres, tous, vont devenir des adultes et, comme l'encadrement scolaire, nous sommes là pour leurs inculquer ce qu'il faut pour leur vie à venir : passion, persévérance, humilité, respect et tolérance. C'est sur cette base que, demain, nous allons les guider. Au delà d'être ou de devenir des joueurs, ils sont tous des hommes et des femmes. Oui nous faisons du sport, mais on ne peut pas baser un projet sur 1 seul ou les 2% qui feront une carrière à haut niveau. Nous devons parler à tout le monde. 
 
Tu as hâte de connaître au mieux les autres éducateurs ?
Bien sûr ! Mon travail de coach sera aussi d'avoir une action globale sur les différents entraîneurs de toutes les catégories : les aider. Mais attention, je ne veux pas que tous deviennent des « Davor Bis ». Non. La richesse est aussi la clé de la réussite. Que ce soit Kaffy, Romain et les autres, nos différences doivent être nos forces. C'est très important. 
 
Et au niveau du jeu ?
Nous allons essayer de nous tourner vers une culture de jeu basée sur les passes. C'est important chez les jeunes. Sur la Côte d'Azur, je me suis rendu compte d'une grande faiblesse de la qualité de passe. Ce n'est pas parce qu'un enfant récupère le ballon, va au but et marque, qu'il est bon. Non. Trop souvent ce rapprochement est fait. Dans un, match, donc dans un résultat, il faut impliquer tous les jeunes, sinon, au fil du temps, on les perd. Donc, objectif, améliorer la qualité de passe et ce sur toutes les catégories.
 
Revenons à l'humain, tu parlais de tolérance...
Oui. Nous allons mettre en place un projet de formation commun sur le partage du ballon et le partage des valeurs : le plaisir. Si nous avons des résultats, oui, nous serons contents. Mais le but n'est pas qu'une fille ou un garçon face gagner seul l'équipe. Il faut partager la réussite mais aussi la défaite. Apprendre à partager. C'est très important. Que ce soit dans les bons ou les mauvais moments. Le partage encore et toujours. Je ne suis pas le Messie, ni un magicien, je travaille sur des valeurs qui ont déjà fait leur preuve. Si un enfant ne passe pas professionnel, ce n'est pas un échec. Devenir des gens respectables est avant tout notre ambition.
 
Dès le plus jeune âge ?
Nous allons mettre en place un protocole d'échauffement, de passes et d'autres savoir-faire beaucoup plus ambitieux que ce que la FFHB préconise et attend aux travers des Comités et des Ligues. Les attentes, je les trouve assez faibles. Nous pouvons faire encore plus que ça. La Fédé voit trop bas. Ce qui est mis en place, je pense que nous pouvons le faire dans la catégorie d'âge du dessus. Clairement, ce qu'on fait en -15, on peut le faire en -13 ! Les jeunes en ont les capacités, il faut leur faire confiance, les développer et pour ça, il faut s'en donner les moyens.
 
Tu attends également que les parents aient une grande confiance envers les éducateurs ?
Nous allons travailler sur le plan mental. Il est très important de connaître nos jeunes. Il ne suffi pas, loin de là, de travailler uniquement sur l'aspect physique et les savoir-faire. Si un enfant, quelque soit son âge, affiche des problèmes de stresse ou de concentration, mais encore de confiance en soit, nous devons en connaître les tenants et les aboutissants. En savoir plus sur leur environnement, notamment social, pour savoir comment procéder. Nous allons ainsi préconiser beaucoup d'entretiens individuels pour relier les raisons qui, en dehors du terrain, peuvent créer un blocage à la salle. Les enfants, ce ne sont pas juste des X ou Y, ils ont tous leurs histoires et nous devons la connaître pour qu'ils s'expriment au mieux sur le terrain.
 
En conclusion ?
Si nous voulons réussir, tout passera par la communication. Pour insuffler une certaine culture, il faut du temps. On ne peut pas faire de miracle. Les dirigeants, la Présidente, sont d'accord avec cela. Et c'est pourquoi je suis content d'aller à Antibes. C'est un club qui a beaucoup de potentiels : les jeunes sont là. Mais c'est comme partout, parfois il y a des forts, des grands, des petits, chacun a son profil. Tous les joueurs de l'équipe de France, bien qu'ils soient d'un très haut niveau, n'ont pas le même. Il faut apprendre à les connaître pour augmenter leurs points forts, leurs capacités et optimiser au mieux leur taille, leur corpulence, leur vitesse, leurs capacités intellectuelles etc... Tout commencera par les -11 et les -13. La base de tout. On va beaucoup insister sur les formations des coachs. Nous même à l'intérieur du club, nous allons mettre en place des réunions techniques. Je suis près à, individuellement, épauler chacun pour enrichir notre gamme de ce qu'on peut apporter aux jeunes.