• 24/09/2019

Thierry, ta réserve vient de gagner son premier match de la saison contre Grasse après avoir perdu avec les honneurs à La Seyne. Quel est ton sentiment ?

Je suis relativement content d'eux. Tout d'abord parce qu'on a gagné bien sûr. Mais aussi parce que le projet de jeu commence à porter ses fruits. Nous avons encore beaucoup de choses à travailler, surtout en montée de balle. Mais c'est difficile car nous n'avons pas beaucoup de temps la semaine, il faut optimiser, mais ça va le faire ! En attaque ça porte ses fruits. En défense il y a encore des choses à régler au niveau des automatismes mais ce sont quelques petits réglages qui ne sont pas très compliqués. De plus, l'envie et là et les gardiens commencent un peu à sortir de leur bulle et à retrouver leur efficacité.

La caractéristique principale de ton effectif ?

Il est jeune et cela s'est vu contre Grasse. Oui on gagne, mais on va mener 16-10 à la 27e minute mais on ne va pas réussir à tuer le match. Ils vont revenir à deux longueurs au milieu de la seconde période et ce sera l'écart final. C'est jeune et donc ça manque de maturité. Mais c'est normal. Il faut concrétiser les actions et les mettre au fond sans se précipiter. Mais ce n'est pas grave, ça va venir et contre Grasse on est tombé contre une équipe de vieux briscards qui a du hand et qui va embêter plus d'une équipe cette année. C'est un groupe rude au contact qui va créer des surprises.

Tout va pour le mieux donc...

Dans l'ensemble donc je suis content du groupe. Je pense qu'ils sont rentrés dans le championnat et que le projet avance bien. On arrive à se sortir de défense agressive et au niveau du comportement les garçons étaient à l'écoute des consignes. Mais j'ai toujours des regrets de la défaite à La Seyne.

On entre dans un automne où il y a aura peu de matchs en raison du début de la coupe de France régionale que l'équipe ne joue pas. Est-ce un handicap ?

Non ce n'est pas grave. Au contraire ça nous laisse du temps pour travailler. Chaque semaine, je mets en place une séance de handball et une séance davantage tournée sur du physique car nous en avons besoin. Donc qu'il y ai des week-ends sans match, ce n'est pas plus mal en ce début de saison, on travaille !

La saison dernière tu as vécu une année enrichissante avec la N2F où tu t'es même retrouvé quelques matchs seul sur le banc. Cette année tu retrouves cette réserve masculine, dans quel état d'esprit ?

Je suis plus posé. Je laisse la place à plus de réflexion. Bon, j'ai toujours cette voix qui porte sur les terrains et ça personne ne pourra me la retirer, mais j'ai une autre vision du handball. Ainsi, je progresse aussi sur mes entraînements. Je ne suis plus systématiquement stricte ni sévère comme je pouvais l'être il y a quelques temps. Maintenant je comprends que certains joueurs peuvent avoir besoin de plus de temps pour comprendre ce que je demande. S'il y a des difficultés, ce n'est pas grave, je m'adapte. En résumé, je suis plus tolérant aux entraînement. Plus tolérant sur une erreur et les garçons m'ont donné des retours positifs avec un groupe qui a gagné en cohésion, qui a moins d'individualités et une équipe qui peut gagner collectivement !