• 15/05/2018

Après Soraya Hamiti, nous avons le plaisir de vous présenter la deuxième recrue de notre équipe Nationale 2 Féminine version 2018-2019.

Fatoumata Diadhiou, gardienne de but. Âgée de 29 ans elle nous vient d'Octeville. Mesurant 167 cm, elle est née dans le 10e arrondissement de Paris et a pris sa première licence en 1995 à la Dionysienne Handball.

Devenir gardienne, en handball, est venue très tardivement. « J'étais ailière avant d'être gardienne. J'ai rejoint la cage à 18 ans parce que tout simplement je n'avais plus envie de courir (rires) et dans le même temps j'étais aussi gardienne de foot jusqu'à l'âge de 25 ans. »

De son passage en D2F à Octeville, Fatoumata retient sa progression, qui nous sera sans nul doute très utile en Nationale 2 et également l'esprit d'équipe qui a permis au groupe de terminer très fort la saison après des débuts difficiles.

Elle tourne donc une nouvelle page de sa carrière et arrive à Saint-Claude. « On m'avait déjà parlé d'Antibes il y a un ou deux ans. J'ai eu comme écho que c'était un club sympathique. Puis j'ai eu connaissance du projet pour la saison à venir et j'ai collé. Je connais déjà Kafilou Gomis pour l'avoir rencontré en sélection nationale du Sénégal en 2013. C'est d'ailleurs par elle que le lien s'est fait. Mes objectifs sont simples : gagner des matchs. Jouer la montée ? Pourquoi pas... »

Sachez que, depuis 2015, Fatoumata joue pour la Guiné. Elle cumule pour le moment 10 sélections et a participé à la CAN 2016 en Angola. Souhaitons lui de vivre une belle saison sous nos couleurs ce qui pourrait lui permettre de participer à la prochaine CAN qui aura lieu en décembre prochain au Congo.

En conclusion, le 4 mai dernier, Fatoumata est venue à la salle pour une séance. Tout s'est bien passé avec les filles et Raphaël Gallice a pu voir une gardienne très dynamique possédant une excellente lecture du jeu.


  • 14/05/2018

C'est la première recrue de notre effectif Nationale 2 Féminine pour la saison 2018-2019 ! Soraya Hamiti, arrière droite, déjà présente à l'OAJLPHB lors de la première saison en N1F en 2015-2016. Soraya, qui nous revient de Cannes, nous a adressé ces mots :

« Ces deux dernières saisons ont été très compliquées pour moi. D'une part mon opération des ligaments croisés l'an passé, d'autre part celle du doigt cette saison. J'ai donc décidé de faire un break suite à ces blessures répétitives. J'en avais vraiment besoin. J'ai cependant continué à m'entraîner à la salle de sport et j'ai profité de mes week-ends de libres en découvrant d'autres activités comme la randonnée. Physiquement je suis prête et mentalement aussi. Je n'étais pas forcément à la recherche d'un nouveau défi car celui de Cannes s'annonce être l'un des meilleurs sur le département. Mais j'ai dû faire des choix par rapport à ma vie privée. Françoise m'a contactée. Et le projet d'Antibes correspondait au mieux à mes obligations personnelles. Je suis heureuse de retrouver Saint-Claude et mes copines Kaffy et Ophélie avec qui je suis toujours restée en contact. J'ai hâte de goûter à nouveau aux joies de ce sport. »

Bien qu'il ne la connaisse pas encore bien, notre coach Raphaël Gallice ne cache pas son plaisir d'accueillir une joueuse d'expérience, qui connaît la Nationale 1 et le club également, dans un groupe qui est jeune. Un atout offensif sur les tirs de loin mais aussi défensivement. Nous te souhaitons un bon retour Soraya ! Au plaisir de te retrouver à Saint-Claude !


  • 01/05/2018

Dimanche, nos filles sont passées toutes proches d'un quatrième succès qu'il leur tendait les bras. A Vaulx-en-Velin, au terme d'une première mi-temps parfaitement maîtrisée, Raphaël voit son équipe mener 12 à 19 ! Mieux, grâce à deux buts coup sur coups de Maë et Ophélie, 12 à 21 à la 31e minute. Et puis, patatras ! Pour le score final que vous connaissez, 35 à 32.

A froid, Raphaël revient sur les raisons qui ont entraîné cette défaillance fatale. « Un match en deux temps. Une excellente première mi-temps. Les filles sont appliquées en défense et en attaque. On joue tous les coups à fond et cela nous sourit. On passe même avec neuf buts d'avance dès l'entame de la deuxième période. Et puis, panique à bord, surtout en attaque. La prise en stricte sur Britney nous perturbe énormément. Et après on devient fébrile en défense. »

Notre entraîneur évoque une mauvaise gestion de la rencontre et une partie qu'il aurait peut-être fallu continuer à emballer malgré la large avance. Et puis aussi, la fatigue, on ne peut pas minimiser le fait que face à Mazan les filles n'étaient que sept, puis neuf face au Teil et là, enfin, huit contre Vaulx-en-Velin. Quasiment aucune rotation et donc une heure de jeu pour les filles depuis plusieurs semaines. Sans oublier quatre déplacements lors des cinq derniers matchs. « Les filles piochent dans leurs réserves physiques et mentalement on flanche plus vite quand le physique ne suit pas. Et puis, jouer à 14h00 nous a obligé à partir à 7h15 du matin ce qui n'arrange rien non plus. A moi d'en tirer les conséquences et de mieux préparer les filles si le calendrier est amené à se renouveler comme ça. »

Personne ne peut nier également que l'absence depuis de longues de semaine de Kaffy Gomis, qui souffre d'une vilaine entorse, mais aussi de Emilie, blessée elle aussi, est préjudiciable malgré la volonté et l'état d'esprit irréprochable du groupe depuis trois matchs. Mais ces récents matchs, malgré les défaites dans le contexte global que l'on connaît, restent fortement encourageantes pour la saison prochaine lorsque la situation sera revenue à la normale, ce dont le club est en train de s'occuper.

Le week-end à venir, le championnat fait une courte pause, salutaire et le prochain match, le 12 mai prochain face au leader Narbonne, sera fera à la maison lors de la Nuit du Handball. Tout sera ainsi mis en place pour récupérer des forces. Dès maintenant, Raphaël et les filles sont au travail pour préparer la venue du premier.


  • 26/04/2018

Notre N2F s'est inclinée samedi dernier de deux buts face au Teil. Un début de match en guise de boulet à traîner toute la rencontre. Mais, encore une fois, tout n'est pas à jeter est loin de là.

Perdre de deux unités, 27 à 29, tout en étant menées 1 à 8 en début de rencontre. Des regrets forcément pour les filles de Raphaël qui ont clairement pris le dessus par la suite, sans réussir à passer devant. On le sait, courir après le score, regarder le chrono, compter chaque tir, chaque passe, qui voient le sablier s'écouler, est terriblement usant : les filles l'ont logiquement payé en fin de rencontre.

Et pourtant, une semaine après avoir échoué de peu à Mazan en étant seulement sept, sans aucune rotation donc, elles n'étaient pas beaucoup plus nombreuses face au Teil, neuf : Lucie était là et enfin Maë de retour de blessure. Ne reste plus que Emilie et Kaffy à l'infirmerie. « Le début de match ? C'est uniquement une question d'échec au tir. C'est tout. Je n'ai rien à redire cette fois, comme à Mazan, sur l'état d'esprit et la combativité. On loupe trop dès l'entame : une trentaine de tirs sur l'ensemble du match. Les solutions, on le a, mais ça ne rentre pas. On va revenir à deux buts mais on a toujours été derrière au score. On aura manqué d'expérience, mais ça permet justement aux plus jeunes d'en gagner », analyse Raphaël Gallice.

Alors oui, il s'agit ici de la première victoire de la saison en championnat pour Le Teil. Mais nous savons d'où nous venons. « On continue à chercher à nous améliorer à chaque match. Savoir conserver ce qu'on a acquis mais aussi s'améliorer sur nos manques, nos points faibles. Mais pour ça il faut être rigoureux sur les consignes données : que ce soit lorsqu'elles viennent du banc ou alors sur les enclenchements annoncés par le demi-centre. »

Mais, comme vous le savez, tout ne fût pas simple cette année. Et, au delà des résultats purs, et hormis notamment le non-match de Clermont Ferrand, les filles ont souvent répondu présentes. « 2018 ? Il a fallu repartir de zéro avec une décision importante que j'ai prise et le départ de joueuses. Trouver de nouveaux repères. Malgré ça, on fait match nul contre Bron, on gagne contre Saint-Chamond et on compte deux défaites honorables où on a eu des compliments de nos adversaires. Après il y a eu des défaites qui ont été inacceptables en terme de comportement et d’état d'esprit. Mais le groupe est jeune, certaines ont été propulsées rapidement mais ça leur a permis de progresser, d'autres doivent prendre des responsabilités mais elles ne sont pas encore prêtes. Tout cela va servir pour la saison prochaine.

«  Mon travail a été en perpétuel changement. Au début le travail collectif était important, maintenant le travail individuel prédomine car les entraînements se font en effectif réduit. Le niveau du championnat, à part Narbonne, est équilibré et on aurait pu faire partie du milieu de tableau et se battre pour la quatrième place (Synonyme de monter en Nationale 1F ; ndlr) dans d'autres circonstances que ce qu'on a vécu. Mais je pense que beaucoup d'équipes ont décidé de travailler pour la saison prochaine puisqu'il n'y a pas de descente en Nationale 3 suite à la refonte des différents championnats. »

Prochain match ce dimanche 29 avril à Vaulx-en-Velin avec un coup d'envoi à 14h00. Notre groupe antibois, pour cette occasion, devrait être assez sensiblement similaire à celui qui a officié face au Teil.


  • 16/04/2018

« Un comportement bien meilleur »

Deux jours après la défaite des filles - à sept - à Mazan 30 à 27 à l'occasion de la 18e journée après avoir mené 9 à 12, Raphaël Gallice revient avec satisfaction sur la réaction de son groupe malgré un contexte très difficile avec les absences de Lucie, Kaffy, Maë et Emilie.

Raphaël, comme on le sait, il y a eu une hécatombe de blessures et absences cette semaine. Tu ne t'es donc déplacé à Mazan qu'à sept après la grosse contre-performance de Clermont Ferrand. Comment as-tu travaillé et dans quel état d'esprit ?
Lors du début de semaine dernière, j'ai commencé à travailler individuellement que ça soit sur le plan offensif que défensif au niveau de leur poste. Je pense que je vais continuer ainsi. J'essaye de les encourager et d'être derrière elles pour ne rien lâcher. A la fin du match de Clermont j'ai pris la parole dans le vestiaire, chose que je ne fais jamais. J'ai expliqué que ce n'était pas normal de ne pas se battre quelque soit le niveau de difficulté. Puis, mardi, j'ai rappelé ce que j'avais dit et que pour se battre en match il fallait être sérieux, rigoureux et se donner à fond aux entraînements. Même lors du moindre petit jeu les filles doivent avoir la gagne. Et qu'avec ça, à chaque entraînement, le samedi ça sera naturel et pas forcé.

Et cela a payé car les filles ont affiché un tout autre visage...
Elles ont eu un comportement bien meilleur qu'à Clermont : ce n'était pas difficile de faire mieux. Tout le groupe s'est battu, les filles se sont encouragées. Les premières minutes du match sont équilibrées. On est très bien défensivement, très solidaire et il y a de l'entraide, du coup ça nous a permis d'être bien dans le match. Mazan fait un break de trois buts - 6-3 - rapidement à la cinquième minute. A ce moment là on ressert encore plus la défense et on met un 6-0. Ça nous a permis, je pense, de prendre confiance dans ce match. Notre baisse de régime peut s'expliquer par plusieurs facteurs : une absence de rotation puisque je n'avais qu'une gardienne et six joueuses de champ, il s'agissait d'un troisième déplacement de suite et nous ne sommes pas parvenus à marquer pour créer un écart plus net de quatre longueurs (6-9 ; 7-10 ; 8-11 ; 9-12).

On parle d'un déplacement à sept mais ça aurait très bien pu être six car tu n'as su qu'à l'échauffement que Ophélie, suite à une petite intervention chirurgicale durant la semaine, était à 100%. Vu ce contexte, y a t-il malgré tout des regrets de ne pas gagner ?
Nous avons été rassurés pendant l'échauffement pour Ophélie et elle a été très performante. Il y a tout de même un regret de ne pas avoir gagné avec ce qu'on a montré. Mais avec l'effectif présent ce jour et ce qu'elles ont fait sur le terrain, il y avait de la satisfaction tout de même. Le regret est atténué.

Et l'après-match ?
Avant le coup à boire, le club de Mazan a instauré un temps de parole aux coachs pour un discours. J'ai dit que c'était toujours agréable de jouer cette équipe car ça joue bien au handball et avec un bon état d'esprit. Karl - le coach de Mazan - nous a félicité. Il ne pensait pas, à la vue de notre effectif restreint, que nous pourrions fournir tous ces efforts tant sur le plan physique que handballistique. Ça fait plaisir d'avoir ce genre de compliment surtout que c'est la deuxième fois que cela arrive après les félicitations du coach de Frontignan.

Le prochain match arrive dès samedi avec la réception du Teil, peut-on compter sur un groupe remplumé ?
Je récupère Lucie à temps plein à partir du 20 avril. Elle a fini ses études à Dijon. Elle sera donc définitivement là. Kaffy va consulter le kinésitérapheute en ce début de semaine. Nous allons vite en savoir plus. Emilie a passé une écho récemment et va vite nous donner du nouveau (Elle était en déplacement pour ses études ce week-end ; ndlr). En revanche, pour Maë, ça sera plus long que prévu. Elle a récupéré 25% de son ligament. Elle est toujours en arrêt.

Il reste cinq matchs, quels sont tes objectifs de fin de saison ?
Continuer à se battre aux entraînements et en match. Sur le plan du handball, on va travailler individuellement, sur des savoir-faire. J'ai eu un retour la dessus, elles en ont besoin. On va avoir, sur les cinq derniers matchs, trois à domicile : Le Teil, Narbonne et La Garde. Le premier cité, avec cet état d'esprit, nous devrions bien figurer avec un résultat positif à la clé. Narbonne, le leader, ce sera lors de la Nuit du Handball. Une soirée spéciale. Tout pour faire un gros match. Puis La garde où il y aura de la revanche dans l'air. Les deux déplacements sont dans le Lyonnais : Vaulx en Velin qui sera compliqué à jouer et Bron qui devrait être un match équilibré et jouable. Toutes ses expériences nous serviront pour la saison prochaine et j'espère nous rendrons meilleurs.


  • 09/04/2018

Une grosse déception. Le mot est faible. Pas tant sur le plan de la défaite (38 à 11) car avec un groupe, quasiment réduit à sa plus simple expression, avec les absences de Kaffy, Lucie et Maë, Raphaël savait pertinemment qu'il serait difficile de ramener quelque chose de Clermont Ferrand.

Alors, en préambule, il avait prévenu que l'important était ailleurs. « Je vais accentuer sur le mental, de ne rien lâcher, de tout donner pour la copine même si on est en galère. »

Malheureusement, c'est tout le contraire qui s'est produit. Une débâcle terrible. « Je ne suis pas content car on a baissé les bras au bout de trois minutes de jeu. C'est exactement ce que je ne voulais pas. Qu'on galère en attaque car la colle était interdite je comprends donc autant dire que les filles ont fait un fixation la dessus et cette fixation a pris le pas défensivement. La défense fût aussi inexistante que notre attaque idem pour le repli défensif. Inconsciemment je pense que l'absence de Kaffy a joué également. Ce n'est pas normal d'avoir autant refusé le combat et d'avoir manqué de combativité. Il faut vite changer de mentalité et avoir des filles qui se battent même dans la difficulté. Et quelque soit le niveau de cette difficulté. »

L'équipe tentera de rebondir, dans un premier temps au niveau de l'état d'esprit, dès ce week-end à Mazan. Personne ne doute que les filles soient capables d'autre chose, elles l'ont déjà montré. Accident de parcours. Allez, ça peut arriver une fois...


  • 05/03/2018

Apprentissage à Montpellier

Ce samedi se déroulait la treizième journée de Nationale 2 Féminine et nos Antiboises ont perdu 30-21 à l'extérieur.

Après vingt très bonnes minutes l'équipe s'est mise à souffrir pour finalement s'incliner de neuf buts, écart qui ne reflète pas la différence de niveau entre les deux formations. Grâce à des buts très rapprochés de Stéphanie, Kaffy et Ophélie, nous iront même jusqu'à mener 9-12 à la 22e minute de jeu. Le moment choisi par nos adversaires pour changer de tactique et prendre Kaffy en strict jusqu'à la fin du match. Les absences de Noémie – blessure - et Lucie – raisons personnelles – ont considérablement réduit les possibilités de rotations de Raphaël.

« Le jeu se passe bien en défense comme en attaque. Puis, on se met à perdre des ballons bêtement. On remet Montpellier dans le match. Du coup elles mènent d'un but à la pause et justement dans les dernières minutes de la première période, Kaffy est prise en strict et nous on ne trouve plus de solution. Au retour des vestiaires on prend l'eau, on ne marque qu'une fois en quinze minutes. Malgré les solutions apportées les filles n'ont pas réussi à les appliquer. Les filles n'ont pas réussi à s'adapter. Entre le manque de rotation et aussi le manque d'expérience dû à notre jeune équipe, nous n'avons pas su reprendre le match en main. Ça y joue beaucoup. »

Audrey, notre gardienne, va dans le sens de son entraîneur. « Il est certain que le manque de rotation n'as pas aidé. La prise en stricte de Kaffy aurait pu permettre à certaines de pouvoir sortir des cartes de leur jeu mais ça n'a pas été le cas. Il nous manque de la maturité, on s'est trop précipité en attaque, nous n'avons pas assez joué en lecture et du coup on leur a donné beaucoup de ballons qu'elles ont su concrétiser ce qui leur a permis de prendre le large jusqu'à douze buts d'écart. »

Malgré tout, alors que le score est donc monté jusqu'à 30-18, les filles ont su relever la tête, n'ont plus encaissé de but lors des dernières minutes et surtout n'ont pas attendu, la mort dans l'âme, que le temps passe. Explications d'Audrey. « Je pense que certaines réflexions qu'on a pu se faire et qui étaient constructives ont piqué là où il fallait pour ne pas sombrer et on a eu un regain. Le mental est encore à travailler pour la plupart d'entre nous, savoir rebondir tout de suite quand on est en échec. »

Le coach souligne aussi que ses filles n'ont rien lâché et se sont battues jusqu'au bout. Tout n'est donc pas à jeter, loin de là. Il faudra bien travailler cette semaine pour préparer la venue de Bourg de Péage. « J'ai un autre axe de travail maintenant. Comment attaquer en ayant une prise en strict ? J'étais court la dessus. Franchement, ce n'est pas physiquement qu'on perd. Montpellier gagne sur un changement tactique et on n'a pas réussi à riposter. Mais on a montré avant ce changement que l'équipe pouvait très bien jouer collectivement. »

Prochain match samedi à domicile contre Bourg de Péage. Lucie sera là et Noémie on l'espère aussi. Il faudra savoir répondre à l'impact physique que devrait nous imposer cette équipe. « Avec notre groupe tout est possible, du meilleur comme du pire, on l'a déjà vu », conclu notre Capitaine.


  • 02/03/2018

C'est un groupe soudé, volontaire et conquérant qui se déplace demain à Montpellier à l'occasion de la treizième journée de N2F ! Deux petits points sombres, Raphaël n'aura que neuf filles car suite à une mauvaise chute à l'entraînement mardi, Noémie souffre d'un pincement de la dernière vertèbre. Rien de trop grave, mais cela nécessite un repos et des séances de kiné pour ne prendre aucun risque et revenir à 100%. Le groupe n'a malheureusement pas pu s'entraîner mercredi à cause de la neige, dommage, notre coach aurait vu d'un bon œil d'avoir une semaine normale pour appuyer encore sur les montées de balles, thème principal de la séance de mardi où les filles ont beaucoup couru. L'ambiance est au beau fixe et l'anniversaire de Noémie a été dignement fêté par ses équipières à leur manière. Départ demain d'Antibes vers 14h45. Arrêt pour une collation à 16h30. Coup d'envoi à 20h00 ! A l'aller, nous avions tenu tête à l'actuelle troisième du championnat pour une défaite 18 à 21. A noter que Lucie sera absente, Montpellier fait partie des rares rencontres où elles ne peut être présente.

Groupe :

Maë Ambit (ALG)
Audrey Bouloudani (GB)
Britney Cots (ARG)
Opélia Ondono (PVT)
Ophélie Bel (ALD)
Kafilou Gomis (DC)
Stéphanie Krimou (DC)
Ruth Ntentula (AR)
Emilie Gentilini (ARD)


  • 26/02/2018

Vendredi soir, notre N2F a disputé un match amical face à la PNF de Vallauris, équipe qui devrait jouer la saison prochaine dans la nouvelle formule de Nationale 3.

Une défaite sur le score anecdotique de 25 à 26 lors d'une soirée où l’enthousiasme et la bonne humeur furent à l'honneur. Raphaël en a profité pour essayer des systèmes et voir évoluer des filles à des postes particuliers. Notons par exemple que Audrey, pour soulager sa cheville, n'a joué que la seconde période et dans le camp de Vallauris pour voir nos filles face à une gardienne d'un haut niveau. En première mi-temps, ce sont les deux gardiennes de Vallauris qui ont fait le boulot. Merci à notre voisin et collègue de travail d'un soir, le coach Mourad Bouya.

Nous avons pu voir Britney au poste de pivot ou encore Stéphanie à l'aile pour seconder respectivement Opélia et Maë. Un point collectif à améliorer encore et toujours : les montées de balle. Cette soirée d'essais et de mobilisation dans une réelle sérénité, a été également l'occasion pour le coach de beaucoup échanger avec son groupe, notamment avec les plus jeunes, qui ont su gagner leur place de titulaire, match après match, depuis septembre. Dernière arrivée au sein du groupe, Lucie amène une belle ambiance et Ruth, élément essentiel de la réserve en PERF qui s'est qualifiée pour la poule haute, est très investie et montre de belles choses de jour en jour.

Samedi prochain, on se déplace à Montpellier, pour le compte de la treizième journée du championnat, avec l'objectif de prendre notre revanche du match aller. Une rencontre très défensive, 18-21, où jamais nous n'avons été réellement distancé. Pour Raphaël, ce match est une aubaine. En effet, ce sont les vacances scolaires, alors, les lycéennes, ont du temps. Et elles sont plusieurs en Nationale 2 à Antibes.

« J'ai le collectif en entier avec moi pour travailler pendant deux semaines. On peut ainsi bien se préparer, continuer à travailler les montées de balle avec tout le monde pour le coup. Il faudra accentuer sur les repères des filles dans l’organisation. Puis affiner la défense et l'attaque. Les filles se libèrent de plus en plus. C'est bien pour le collectif. La victoire contre Saint-Chamond a mis un bon coup de boost aux filles. »


  • 18/02/2018

Voici une très belle manière de débuter la phase retour de notre championnat Nationale 2 ! Les filles ont gagné contre Saint-Chamond, équipe du haut de tableau, qui conserve son top 5 malgré ce revers. Un score 27 à 26 où les filles ont montré du caractère sous la direction de Raphaël qui a su trouver les solutions pour que personne ne panique. Nous menions 15 à 12  en début de seconde période, mais nos adversaires vont repasser devant 23 à 25 à moins de cinq minutes de la fin du match. Mais, grâce notamment à des buts dans les dernières instants d'Ophélie, Kaffy et Maë mais aussi des arrêts décisifs d'Audrey, nous allons repasser définitivement devant ! C'est une belle revanche car souvenez-vous, au match aller, nous avions perdu de six buts, là bas, pour le premier match de la saison, dans un contexte particulier puisque notre gardienne Audrey, blessée, n'avait pas joué et c'est notre infatigable Kaffy qui avait gardé la cage. Rappelons enfin que les filles ont décroché ce succès sans une de nos joueuses importantes, Britney, qui était à Liévin pour disputer la finale du championnat de France du lancer du poids en salle où elle à une très belle septième. Grâce à ce succès, les filles gagnent une place au classement, dixième, puisque Mazan a perdu. Prochain match le 3 mars contre Jacou / Montpellier, match très défensif à l'aller, que nous avions perdu 18-21, en étant toujours à l'arraché à deux ou trois buts derrière, sans lâcher. Mais on vous parle d'un match du 23 septembre dernier. Un autre temps. Beaucoup de choses ont changé depuis et nous croyons plus que jamais en la compétitivité croissante des filles vers la fin de saison. Secrètement, Raphaël espérait trois à quatre victoires - minimum - en cette deuxième partie de saison. En voilà déjà une.


  • 30/01/2018

Après un match nul contre Bron, notre N2F est passée toute proche de revenir avec un résultat similaire de La Garde. Une courte défaite 24 à 23. Après une première mi-temps difficile, les filles ont grappillé possession par possession au retour des vestiaires pour égaliser à 22 à 22 à la 56e. L'équipe a eu des occasions qu'elle ne concrétise pas malgré des arrêts d'Audrey dans les cages et c'est bien la formation varoise qui a réussi à prendre le dessus. On peut regretter un début de match compliqué où on se retrouve deux fois à quatre contre six dans les dix premières minutes suite à quatre expulsions. Pourtant, à ce moment là, nous ne sommes menés que 5 à 4. Qu'en aurait-il été à effectif égal sur le terrain ? On ne le saura jamais. Les filles terminent donc cette phase aller avec seize points en onzième position. Place désormais à une trêve de trois semaines avec un retour à la compétition contre Saint-Chamond le 17 février à Saint-Claude. Raphaël va essayer de mettre en place un match amical avec comme fil rouge le travail des montées de balle.


  • 22/01/2018

« Certaines filles se sont un peu plus révélées »

Samedi à domicile, à l'occasion de l'avant-dernière journée de la phase aller, notre N2F a décroché le premier match nul de sa saison. 27-27 contre Bron. Le moment de faire le point sur l'actualité de l'équipe avec Ophélie Bel, notre ailière droite.

Ophélie, comment s'est déroulée la semaine de préparation qui a suivi le match à Narbonne ainsi que l'arrivée de Lucie au sein du groupe ?
Tout s'est plutôt bien passé malgré le fait que quelques joueuses n'étaient pas présentes (Noémie et Opélia étaient à Bar le Duc pour les phases finales du championnat de France UNSS ; ndlr). Nous avons bien travaillé l'aspect collectif et les tirs : choses sur lesquelles on pèche. Le fait de s’entraîner avec Vallauris le vendredi soir nous a été bénéfique car nous avons pu travailler sur tout le terrain et avec de l'opposition. Quant à l'arrivée de Lucie, je pense qu'elle a fait plaisir à tout le monde, c'est une fille très agréable qui s'est rapidement intégrée à l'équipe. On sent qu'elle est motivée et c'est le principal.

Évoquons le match de Bron. On a senti une équipe qui maîtrisé son sujet en début de match. Allant jusqu'à mener 18-13 au tout début de la seconde période...
La première mi-temps a été très bonne. Tout le monde était motivé, on a senti que c'était un match à notre portée. On a réussi à imposer et à garder un bon rythme, mais surtout à jouer collectivement. Malheureusement, au retour des vestiaires, j'ai eu l'impression qu'on était un peu trop sereines. Dès le début de la seconde période il y a eu beaucoup de précipitations et trop d'actions individuelles contrairement à la première mi-temps. Lorsqu'on se retrouve mené 24-25 il y a eu un petit moment de panique car on ne pouvait pas laisser ce match nous échapper. On a essayé de créer du mouvement afin de trouver des situations de tirs optimales. Mais nous n'avons pas réussi à gérer certains moments importants et l'arbitrage ne nous a pas aidé.

Quel sentiment prédomine ?
Personnellement, je ressens plus de la frustration que de la satisfaction, certes ce n'est pas une défaite mais on pouvait le gagner. Concernant le groupe, certaines filles se sont un peu plus révélées et nous avons réussi à créer de belles actions collectives. C'est le point positif que je retiens de ce match.

Un mot pour les supporters ?
C'est un plaisir de vous retrouver à chaque match à domicile. Vous êtes d'un grand soutien que ce soit dans les bons comme dans les mauvais moments. Merci de nous transmettre votre énergie. On se retrouve le 17 février contre Saint-Chamond !

Mais avant, il y a le plus court déplacement à La Garde...
C'est sûr que ne faire qu'une heure et quinze minutes de route c'est plutôt sympa. C'est un match que l'on peut gagner et que l'on doit gagner. Certes il n'y a pas de décente cette saison mais aucune équipe n'aime la défaite donc il faut que l'on se donne les moyens de gagner un maximum de matchs.


  • 17/01/2018

Une recrue pour le groupe de Raphaël Gallice

Lucie Huerta, 21 ans, intègre notre effectif Nationale 2 ! Cette grande arrière gauche de 182 centimètre, qui peut également évoluer au poste de demi-centre, a participé à son premier entraînement mardi soir à Saint-Claude. Après une pause de deux ans et demi, elle retrouve les terrains. Elle évoluait en Nationale 2 au CDBHB et faisait également partie du Pôle Espoir de Dijon. « Les filles ont été très accueillantes : un bon groupe avec une bonne ambiance. L'approche avec l'entraîneur fût également bonne. Les dirigeants m’ont mis à l’aise toute suite et m’ont expliqué clairement les choses. Ils sont intéressés pour que je me teste à l'entraînement et que je joue. La porte est ouverte pour l'avenir, je ne suis pas là pour simplement finir la saison. A moi de faire mes preuves maintenant. » Pour la petite histoire, Lucie est la compagne de Jérôme Lopes, gardien de notre N2M et éducateur au club, que vous avez retrouvé dernièrement sur les bancs des -11 et des -15.


  • 06/11/2017

« Ca me fait chier pour elles »

Samedi soir en match d'ouverture de la Nuit du Handball, notre N2F s'est inclinée 21-25 contre Clermont. Longue interview véritée de l'entraîneur Raphaël Gallice après cinq défaites en cinq journées.

Raphaël, avant la rencontre, quel était le contexte pour ton groupe ?
Nous avons réalisé de bonnes séances. De plus, comme c'était les vacances scolaires, j'avais à chaque entraînement Maë (Au Pôle toute la semaine jusqu'au jeudi inclu à Luynes, elle rejoint le groupe le vendredi ; ndlr) et Opélia (Au Pôle au Parc Impérial, elle avec ses équipières antiboises le mercredi ; ndlr). J'ai expliqué au groupe qu'il ne fallait pas se mettre une pression supplémentaire parce que c'était la Nuit du Handball. Certaines jeunes ne sont pas habituées à ça, mais justement, il faut essayer de profiter de cet événement avec le soutien énorme du public et terminer la soirée avec les trois points. Malheureusement ça n'a pas pu se faire.

L'écart est malheureusement déjà là à la pause. Pourquoi ?
On est mené 7-13 car nous en sommes en échec au tir. L'ensemble du groupe peine au shoot. C'est le problème principal. On est derrière, parce qu'on est en échec au shoot. Tout simplement. C'est récurent. On ne peut plus se cacher derrière le fait qu'en début de saison, Audrey, blessée, n'était pas là. Les filles s'entraînaient avec une cage vide. Depuis deux grosses semaines, ce n'est plus le cas. A nous de réajuster tout ça avec plus de séquences de tirs en condition de match.

On y a cru en milieu de seconde période...
On a bien réajusté malgré tout car on revient à 15-17. Nous avons des balles pour recoller encore un peu plus et malheureusement on ne concrétise pas. Pourtant on a des temps forts. Soit pour s'accrocher, soit pour égaliser ou quand ça arrive mettre la tête sous l'eau de notre adversaire quand on est devant. On y arrive pas... Y a t-il un frein à la victoire ? Je n'en sais rien...

Le mot d'ordre ?
Il faut continuer à bosser. Travailler. C'est la seule solution. Pourtant depuis quinze jours nous avons vraiment bien travaillé. Il y a une vraie amélioration. On l'a vu samedi soir avec un bel état d'esprit. Peut-être faut-il qu'on rencontre une équipe un tout petit peu plus faible et que ça bascule de notre côté pour gagner et que ça s'enchaîne. Il faut ce déclic. Car pour le moment nous n'avons pas croisé d'équipe avec une tête de plus que nous. Je n'ai pas vu d'équipe vraiment plus forte que nous. On doit continuer à travailler, à être sérieux. Je le répète encore une fois, il faut ce déclic pour lâcher les chevaux.

Au delà du tir, que faut-il améliorer ?
J'attends aussi une chose, c'est qu'on anticipe les contres-attaques au moment de l’enclenchement du tir de la joueuse adverse. On l'a vu contre Clermont avec leurs ailières qui n'attendaient pas savoir si on allait marquer ou pas. Elles partaient tout de suite en contre et cette demie seconde d'avance, trois mètres, faisaient la différence. Car notre défense est en place, mais on donne trop de contre-attaques cadeaux aux adversaires. De plus, nous avons une très bonne gardienne qui nous fait des arrêts. Alors il faut en profiter et ne pas attendre la finalité du tir. Nous devons anticiper et partir en contre dès que possible. Car avec ce qu'a fait Clermont, on se rend compte qu'on donne trop de cartouches. L'échec au tir est une chose, les contre-attaques adverses en sont une autre.

On t'a senti bouillant en fin de match ?
Ouais. Parce que si je suis venu là c'est parce qu'il y a quelque chose à faire. Les filles en valent la peine. Elles ne trichent pas. Quoi qu'il arrive, je serai toujours derrière elles. J'espère que l'inverse sera le cas aussi. Franchement ? Ça me fait chier pour elles. Elles ne méritent pas ça. On ne saura jamais si nous avions été au complet en début de saison, avec Audrey, si ça aurait changé les choses. On aurait peut-être gagné Saint-Chamond (Défaite 33-27 avec Kaffy Gomis dans les cages ; ndlr) et nous n'en serions pas là du tout. On ne le saura jamais...

Que retiens tu des équipes que tu as pour le moment affronté ?
Personne ne m'a impressionné. J'attends de voir Narbonne. Qui semble être l'équipe la plus costaud. Après, bien entendu que beaucoup de matchs seront durs. Aller à Clermont ça sera difficile. Mais toutes les équipes que l'on a pour le moment joué, nous devons les battre. Et si toutes les équipes progressent durant une saison, je pense que nous avons le plus de marge. Nous sommes jeunes et tout est nouveau. Les filles doivent aussi continuer à se connaître. Et puis certaines doivent aussi comprendre que ce qui marchait en -18, ça ne fonctionne plus en Nationale 2. Il faut changer son jeu : un peu de temps d’adaptation. On espère tous une première victoire samedi à la maison contre Mazan. Ce serait cool que les supporters soient nombreux. C'est important pour les filles.


  • 09/10/2017

Une défaite pleine d'espoir

« Ça fait bizarre de le dire mais c'est une défaite convaincante. »

Raphaël Gallice sait que son effectif N2F n'a jamais été aussi proche de la victoire samedi à Bourg de Péage. Un revers 27-24 qui trouve sa source notamment en début de seconde période où on encaisse un 0-4 qui nous coûtera cher.

« On est pas dedans à ce moment là. On passe de 14-12 à 18-12 puis 19-13. On revient à 22-22 à huit minutes de la fin du match. Franchement, on fait un bon match. Je suis content. Certes, ça peut-être sembler étonnant de dire ça après une défaite. Et puis, je n'aime pas me cacher derrière l'arbitrage, mais en fin de match, il y a deux décisions qui nous font mal. Les arbitres n'ont pas sifflé de sanction disciplinaire sur deux actions sur Lisa et Britney. Je peste mais je ne veux pas non plus me cacher derrière ça. Le début de deuxième mi-temps nous met dedans aussi. Mais ça nous a permis aussi de monter notre niveau de jeu. Je pense que la discussion de mardi dernier a fait du bien à tout le monde. »

Raphaël a maintenant quinze jours pour bien préparer son équipe avant la réception de Frontignan le 21 octobre. Une formation qui a déjà tout connu cette saison : la victoire, le nul et la défaite. Après trois revers, tout le monde attend le premier succès des filles. Allez !


  • 04/10/2017

Retour sur l'élimination en coupe de France...

Vendredi dernier notre N2F a terminé son parcours de coupe de France en étant éliminée à la maison 17-28 par la Nationale 1 de Cannes - Mandelieu. Un match très équilibré jusqu'à la 37e : 9-11 pour notre adversaire. Puis, le trou noir...

Cannes avait mis au repos son sept majeur, comme ce fût le cas pour leur premier tour. De notre côté, Pauline est encore souffrante ce qui n'est plus le cas de notre gardienne Audrey. Si Mélanie a joué la majorité de la rencontre, Audrey s'est testé tout au long du match sur les jets de 7 mètres et enfin sur l'intégralité des cinq dernières minutes : son mollet va bien.

L'analyse du coach Raphaël Gallice :

« Tout le long du match, nous avons été en échec aux tirs. Après c'est normal car depuis la blessure d'Audrey les filles tirent dans la cage vide à l'entraînement. Du coup on manque de repère. Ça était facile pour la gardienne de Cannes - ça n'enlève rien à sa prestation et ses qualités - de lire nos tirs. Dès le début de la seconde période, on récupère deux ballons qu'on ne convertit pas et en plus ils s'agissaient de tirs à 6 mètres. Et après on prend deux buts coup sur coup. Et on a laissé filer le match en n'étant plus du tout présent en défense et toujours en échec aux tirs. Il est certain que c'est regrettable. Surtout qu'on se procure des situations qu'on ne marque pas. Cela nous fait douter. Et on ne répond plus en défense. Le tout maintenant et de remédier à tout cela le plus vite possible et de réagir ensemble. »

Le coach et les joueuses ont eu une longue discussion très constructive mardi soir. Chacune, nouvelle au sein du groupe, ou plus ancienne, a pu s'exprimer. On avance !

Le groupe cherchera à décrocher son premier succès en championnat samedi dans la salle du Drôme Handball Bourg de Péage. Coup d'envoi à 18h00.


  • 18/09/2017

Une défaite et des enseignements

Nous savions qu'avec la blessure de notre gardienne titulaire Audrey – présente malgré tout sur le banc – et l'absence de notre jeune gardienne Jade qui avait fait ses débuts avec les seniors en coupe contre Hyères, ce serait bien difficile de ramener un résultat de Saint-Chamond.

Avec Kaffy Gomis dans les cages les filles vont tenir le score pendant quinze minutes (4-4). Chose très encourageante pour la suite, lorsque nous pourrons évoluer dans des conditions normale.

« Après ce bon début de match, on commence en attaque à rendre des ballons et Saint-Chamond exploite son jeu rapide. Du coup on est moins bien en défense, on monte sur le porteur de balle alors que nos adversaires n'ont pas de tireuses de loin et possède une belle relation avec le pivot. C'est à ce moment là où l'écart se creuse », analyse notre entraîneur Raphaël Gallice. L'écart sera net à la pause (14-8). Ce dernier va se creuser encore au retour des vestiaires avec neuf longueurs de retard pour nos Antiboises. Mais leur état d'esprit va leur permettre de réaliser une fin de match très constructive pour la suite de la saison.

« Les filles ne lâchent rien et nous revenons à cinq buts car les consignes sont respectées : ne plus monter sur le porteur de balle et jouer plus sur les extérieurs en attaque. Par la suite l'écart se stabilise sans que nous puissions le réduire. Au final nous faisons match nul sur la deuxième période. » Oui c'est à retenir, le score sera de 19-19 en seconde mi-temps sans gardienne et avec Kaffy sur le terrain, Antibes a fait plus que résister. N'oublions pas l'absence de Pauline, blessée. Score finale 33-27.

« Je ne veux pas être dur avec le groupe. La saison ne démarre pas dans les conditions idéales et ce groupe est encore un peu fragile. Mais je tiens à souligner leur super état d'esprit à ne rien lâcher. Maintenant nous devons réussir à nous adapter défensivement selon les caractéristiques de nos adversaires. En attaque, être plus constant sur nos enclenchements et être plus en mouvement. Par moment on veut aller trop vite au tir. Même si nous nous sommes conscients que sans gardienne, Kaffy dans les buts et Pauline absente, c'était une mission délicate, nous nous cachons pas sur ce que l'on doit travailler. »

Audrey devrait être de retour pour le 7 octobre et le déplacement à Bourg de Péage. Sa présence aux matchs reste très importante. Le groupe vit bien, très bien, comme l'explique le coach. « La cohésion est excellente. Les filles s'encouragent systématiquement. Pour cette semaine, chaque entrainement aura un thème différent mais il y aura une séance de défense, une séance de monte de balle et une séance d'attaque placée. »


  • 16/09/2017

Ce soir notre Nationale 2F débute son championnat à Saint-Chamond. Pour l'occasion, notre Présidente Françoise Petrov, s'exprime.

« Nous sommes parvenus – je le pense – à construire une belle équipe pour le championnat de Nationale 2. Même s'il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué je pense qu'elle aura des résultats. C'est une bonne équipe, bien rajeunie. Il ne faut également pas oublier qu'avec la refonte des championnats, il n'y aura aucune descente en fin de saison. Aux filles de profiter donc de l'absence totale de pression : elles n'en n'auront aucune de ma part. Je leur demande simplement de se faire plaisir et de nous offrir du plaisir. C'est une année de transition qui doit nous servir à stabiliser le groupe et à le faire progresser pour l'année prochaine. Le groupe est sympathique et j'insiste sur la bonne ambiance qu'il dégage. Les filles qui n'ont pas vécu la saison passée offre de la fraîcheur et en même temps respectent et admirent beaucoup les joueuses présentent en Nationale 1 en ayant conscience que si elles ont la chance de jouer en Nationale 2 aujourd'hui c'est grâce à celles qui sont allées au bout l’année dernière. Le coach passe très bien également. Bref, nous avons hâte que le championnat commence pour elles ! Malheureusement ce premier déplacement à Saint-Chamond sera difficile puisque notre gardienne n'est toujours pas remis de sa blessure. L'équipe sera en difficulté mais son état d'esprit peut contrebalancer ce handicap. »


  • 12/09/2017

Une victoire en coupe à Hyères pour commencer !

Pour son premier match officiel, notre N2F est sortie vainqueur en coupe de France dans la salle de la Nationale 3 de Hyères. Comme nous l'explique l'entraîneur Raphaël Gallice, le contexte était compliquée avec une préparation sans gardienne et la venue pour la rencontre de Jade - qui jouait en -18 Département l'année dernière - afin de palier à la blessure d'Audrey. Un groupe de caractère qui s'est imposé 30-32 !

«‌ C‌omme pour chaque match les entraîneurs souhaitent une préparation idéale. Mais j'ai fait abstraction tout en continuant à travailler comme il se devait. Il ne fallait pas perturber les filles. Elles ont déjà eu leur dose l'année dernière.

Le début de match fût compliqué. Nous devions nous reconcentrer suite à la crise d'asthme de Jade et trouver une solution de remplacement. ‌Vers la fin de l'échauffement gardien elle est partie en crise. Du coup il fallait la gérer et savoir qui allait dans la cage. Kaffy s'est proposée et du coup il fallait refaire un petit échauffement pour elle. Ainsi le groupe a perdu de sa concentration. Hyères va mener 5-2. Mais une fois retrouvée, les filles étaient mieux en défense. On prenait le pas sur l'attaque hyèroise et on pouvait jouer plus rapidement. Jade - qui s'est sentie de rentrer à la dixième minute de jeu - devait digérer sa crise mais aussi sa première au niveau nationale. Rappelons qu'elle n'a connu que du niveau départemental jusque là. Sa deuxième mi-temps a été mieux. Elle a surtout été aidée par une belle défense. Nous avons fait perdre les ballons, intercepté les passes et forcé les tirs voir les contrer. Du coup nous avons créée l'écart de trois buts sans être rejoint.

Cette victoire fait du bien au moral du groupe surtout vu d'où il vient : du moins pour une partie. Gagner fait toujours bien au moral quelque soit le contexte. Un match de coupe supplémentaire sera appréciable. De toute manière, si nous n'avions pas gagné, j'aurai organisé un match amical. J'ai vu vraiment ce que l'on doit encore travailler. Etre mieux organisé sur la montée de balle et avoir plus de communication en défense : les axes de travail de la semaine.

J'ai quelques infos sur Saint-Chamond (Premier advesaire de filles en N2F ce samedi et qui a facilement gagné son match de coupe 17-32 en n'encaissant que 6 buts en seconde période ; ndlr). C'est une équipe qui se connait depuis quelques temps et donc possède des automatismes et un jeu bien réglé. Mais je me concentre sur nous : ce qui est le plus important pour moi. Surtout que sur ce genre de match le propre adversaire peut être nous-même. Mon groupe est vraiment homogène. Tous les postes sont doublés et les filles sont de même valeur et surtout complémentaires. Les jeunes se sont bien intégrées et doivent continuer à s’entraîner dur pour progresser et amener une concurrence pour le bien du groupe. »