• 22/04/2018

Typiquement le scénario de rencontre et le résultat que nous attendons tous d'eux depuis le début de saison. Notre effectif N2M semble enfin lancé... à la dix-septième journée.

Après plusieurs contre-performances, les choses s'éclaircissent et après un succès convainquant à La Crau, les hommes de Jean-Michel Charloton ont battu une autre grosse cylindré du championnat, Istres, sur la marque de 38 à 33. « Je pense que le match de La Crau a été une référence. On a su jouer en équipe : le danger peut venir de partout », résume Sébastien Garain, auteur d'une performance notable face aux Bucco-Rhodaniens avec dix buts. « On a été solide en défense avec nos gardiens. C’était un beau match contre une belle équipe de Istres qui n’avait pas perdu en 2018. » Notre adversaire restait en effet sur une impressionnante série de sept victoires consécutives.

« Il faut qu’on garde cet état d’esprit pour bien finir ce championnat. » En effet, cette saison est loin d'être terminée avec encore cinq rencontres à disputer jusqu'au 2 juin ! Nul doute que les garçons ne ralentiront plus le mouvement... tout du moins on le souhaite. Juste avant Istres et La Crau, nous nous étions inclinés de peu face au leader, Nîmes, le début du retour des garçons. « Nimes ? Oui on pouvait faire quelque chose mais c’est le sport... On sortait d’un match inexistant contre Montélimar. Aujourd'hui on arrive enfin à jouer collectivement, à défendre ensemble et à se donner les uns pour les autres. »

Ainsi, en 2018, les garçons ont à la fois battu trois équipes du top 5 et échoué de peu contre Nîmes. Reste Saint-Raphaël à jouer. Et en même temps, passer à côté contre Nice et Montélimar et n'être pas plus brillant à Aix, perdant de onze buts. Intrinsèquement, ce n'est pas de la mauvaise foi d'affirmer que notre équipe n'a rien à faire à la septième place. Mais la réalité est ainsi. « Il est certain que cette année on pouvait vraiment prétendre à autre chose. C'est le sport : c’est comme ça. Ce qui est sûr, ce que si le groupe reste comme il est l'année prochaine, il y a de fortes chances qu'on perde beaucoup moins de matchs. Avec le niveau actuel je pense qu'on est injouable par moment même si tout n'est pas encore parfait », poursuit l'ancien joueur de la LNH de Saint-Raphaël. « On est conscient que notre force il faudra l'exploiter au maximum. »

Et justement, le prochain match, a des allures de piège chez une équipe qui n'a presque plus aucun joker pour sa survie en Nationale 2 : aller à Vitrolles. Et ces matchs, face à la queue du peloton, c'est ceux là qui nous ont posé problème il y a quelques semaines. Et, d'ailleurs, on se souvient encore très bien du match nul 24 à 24 face à cette même équipe à l'aller à Saint-Claude. Tout l'équilibre d'une saison devrait se résumer à Maurice Piot samedi prochain. Quoi qu'il advienne, nous n'aurons vraiment pas passer une saison commune avec vous les garçons. C'est aussi ce qui fait votre charme.


  • 20/04/2018

« Rigueur et pédagogie »

Samedi dernier, notre Nationale 2 Masculine a réalisé une grosse performance en s'imposant 27 à 28 à La Crau. Le type de match qui doit devenir son quotidien alors que se profile ce samedi à 20h45 la répcetion de Istres. Réaction de notre entraîneur Jean-Michel Charloton.

Jean-Michel, après plusieurs échecs, dont certains inattendus, l'équipe a réalisé LE match qu'on attendait d'elle en allant gagner à La Crau, une belle revanche du match aller...
En effet ! Mes félicitations à toute l'équipe. Les garçons ont fait ce que nous attendions d'eux. Cela fait trois semaines que nous sommes sur le pont, ce n'est pas évident de garder les gars sous pression avec ce championnat qui se joue avec de grosses coupures internationales qui cassent le rythme de travail. La préparation physique avec Jordan et le sérieux à l'entraînement ont permis de démontrer lors du dernier match que nous pouvions hausser notre niveau de jeu et de réflexion afin d'aller chercher une victoire car nous devons être compétiteurs et obtenir la satisfaction de gagner ensemble.

Au delà du jeu en lui même, c'est un sentiment global de plaisir qui a fait la différence ?
Le match a été d'une bonne intensité en général, avec comme dans tous les matchs des périodes creuses à gérer à deux avec Vess mais notre défense a su palier notre manque de réussite au shoot. J'espère que dans le vestiaire les gars ont savouré le goût de la victoire et se sont congratulés, l'essentiel étant de retrouver le plaisir, d'envisager le prochain match avec un bon état d'esprit et de défendre les couleurs du club tous ensemble jusqu'au bout de la saison.

Et toi ?
Me concernant j'ai préféré rester avec mes proches afin de savourer quelques instants, faire le vide et recommencer très vite à bosser pour la suite car je me suis engagé à donner le meilleur de mes connaissances et partager mon vécu handballistique avec chaque joueur que j'ai la chance d'entraîner. Cela est très passionnant mais cela exige surtout de la rigueur et beaucoup de pédagogie notamment lorsque le match ne permet pas de faire jouer tout le monde ce qui est fort désagréable pour tous. Mais nous sommes tous passés par ces moments et chaque joueur doit aller chercher sa place à force d'acharnement et de volonté, une carrière ne se construit pas en un jour et ne vient pas seule et sans contrariété .

Et la suite ? Va t-on enfin voir l'équipe devenir régulière à son haut niveau ?
Maintenant, La Crau, ce n'est qu'un match, il en reste encore un certain nombre jusqu'à la fin de la saison pour respecter l'objectif, à commencer par Istres. Je me souviens qu'après notre belle victoire face à Ajaccio et les éloges qui nous avaient été faites nous avions déçu à Aix. Cette fois nous serons chez nous et nous devrons tout faire pour confirmer ce dernier résultat. A présent il faut regarder devant, marche après marche avec une mentalité de guerriers car nous avons grillé trop d'opportunités de victoire. Je sais que mon groupe sera présent pour ce match et fera ce qu'il faut pour offrir une victoire au club devant son public.


  • 16/03/2018

Nos Titans se déplacent ce samedi dans la salle de Montélimar – Cruas, lanterne rouge du championnat. Match de la quatorzième journée de Nationale 2. Nos garçons ont une revanche à prendre pour eux-mêmes, mais aussi pour tout le club ! Nous nous souvenons des propos sans détour de coach Charloton à l'issu du nul concédé à la maison contre Nice : manque de respect et suffisance. Alors, pour ce nouveau match, il attend bien plus qu'une simple victoire. « Nous sommes des compétiteurs : entraîneurs comme joueurs. J'espère voir des morts de faim sur ce terrain car pour faire une série de victoires il va falloir poser nos tripes sur le terrain et arrêter de se cacher. Oui nous jouons le dernier mais il y a deux semaines nous avons perdu un point à domicile contre l'avant-dernier. Il va falloir que les tauliers se débarrassent de leur appendice postérieur et montre de quoi cette équipe est capable. L'effectif sera au complet avec le retour de Greg. Maintenant, il faut des actes et les acteurs sur le terrain c'est nous ! » Coup d'envoi de la rencontre à 20h15.


  • 05/03/2018

Samedi soir à Saint-Claude, pour le compte de la treizième journée de N2M, notre équipe a concédé le match nul 33-33 face au Bâtiment Nice. Réaction de l'entraîneur Jean-Michel Charloton.

« C'est un gros point de perdu à la maison. Nous avons été irrespectueux et fait preuve de suffisance. J'attends une énorme réaction de mon groupe pour les prochains matchs. Nice a bien joue le coup et nous nous sommes laissés endormir. Il faut retrouver un esprit d'équipe, de la solidarité et le plaisir de se dépouiller les uns pour les autres. Malheureusement, c'est récurent. A chaque fois qu'une équipe de haut de tableau rencontre une équipe mal classée elle se met au niveau de cette dernière. Il est vrai que les conditions météorologiques ne nous ont pas permis de faire une bonne préparation du match mais ça ne fait pas tout. Pendant cette rencontre nous avons eu de bonnes phases de jeu, hélas, trop peu pour gagner. Ce match s'est joué sur un faux rythme. Nous avons été incapables de mettre de la vitesse. En clair on a donné un point à Nice. On a perdu énormément de ballons et je le martèle, nous avons été suffisants et irrespectueux. Nous nous devons d'être des morts de faim sur ce terrain et des combattants, le plaisir passe par là. On a deux semaines pour retrouver un vrai visage collectif et être au point pour Montélimar. »


  • 12/02/2018

Rechute contre Aix

Après deux belles victoires en 2018, notre Nationale 2 est nettement tombée 38 à 27 face à une belle équipe de Aix-en-Provence. Entre certains retours de garçons qui n'étaient pas là lors du précédent match comme Laurent et Sébastien, un autre élément contraire est venu contrarier nos plans. On revient avec Robin Foubert sur cette rencontre. « C'était compliqué à partir du moment où Julien prend un rouge au bout de dix minutes (Le score est de 6 à 5 pour Aix à ce moment là ; ndlr). Sur un penalty, le ballon arrive dans le visage du gardien : l'arbitre a appliqué le règlement. Nous n'avions plus de gaucher : difficile de trouver des solutions. De plus, Julien score pas mal en ce moment. Ainsi, tous les enclenchements qui nous mettaient en confiance ces derniers matchs ont tous changé. Face à ce bel adversaire il n'y avait plus grand chose à faire. On aurait pu faire mieux avec un autre contexte. Le score est sévère. Point positif, il y a des joueurs qui ont eu un peu plus de temps de jeu et qui ont pu engranger de la confiance. Cette défaite ne remet pas du tout en cause notre bon début d'année 2018. » Place à une longue trêve de trois semaines, qui va permettre aux blessés et de revenir et de se remettre en forme. On donne rendez-vous aux garçons de Jean-Michel Charloton le 3 mars prochain à la maison contre nos voisins du Bâtiment Nice.


  • 08/02/2018

Le point complet avec Jean-Michel après deux victoires

Que cela fait du bien. Pour tout le monde. Après une trop longue série de six matchs sans victoire, notre Nationale 2 vient de gagner deux fois en 2018, les premiers succès avec Jean-Michel Charloton sur le banc.

Il y a dix jours, un probant match à Monaco puis samedi à Saint-Claude, une grosse performance que tout le monde a remarqué contre Ajaccio 33 à 26. Et pourtant, le contexte était bien compliqué, avec trois absents de marque de notre côté, Sébastien Garain, Laurent Touboul et Grégoire Sanssouci. Alors notre entraîneur s'est donc contenté des onze hommes à sa disposition. Il n'a pas été déçu et nous non plus. « Oui, je n'en ai que onze mais ils sont bien là et font en sorte que leurs collègues puissent prendre le temps qu'il faut pour nous revenir en pleine possession de leurs moyens », nous précise le coach.

Et leur performance face aux Corses, solide équipe du haut de tableau, fût à la hauteur des attentes de chacun. « Nous l'avons abordé avec sérieux et l'envie de remplir l'objectif collectif. Ce succès s'est construit dans un premier temps au Fort Carré lors de la préparation de janvier et surtout à Monaco. J'ai vu mon équipe prendre du plaisir à jouer, défendre et suer ensemble. Le but était sur cette rencontre de confirmer les points pris à l'extérieur. » Un réussite collective, mais aussi individuelle. Par exemple pour Alexandre Audou, 11 buts à Monaco et cette fois Julien Denat, 12 buts contre Ajaccio. « C'est ce que chacun va retenir, la performance d'un joueur, mais je le répète la victoire est collective. Félicitations aux joueurs cités car ils ont transformé en but la série de passes et de fixations de leurs potes. C'est ça la force d'un collectif. Aujourd'hui c'est eux. Demain ça sera peut-être un autre. »

Ces résultats, comme évoqué en début de papier, font beaucoup de bien à l'ensemble du club. Car il faut dire que la vie de notre équipe n'a pas été simple du tout. Un changement d'entraîneur, de très nombreuses blessures, rarement mineurs, un départ, celui de Florian Schneider et le retour pour combler ce mouvement d'Ovidiu Pavel. « Il est normal qu'après de gros changements, cumulés aux premières blessures de la saison, nous ayons tous eu besoin de temps pour prendre nos marques. L'essentiel est d'offrir un beau spectacle aux amateurs, aux dirigeants et aux pratiquants de handball qui viennent nous encourager et de prendre du plaisir à jouer ensemble. Les défaites sont difficiles à digérer mais très constructives et permettent à une équipe de puiser et trouver les forces nécessaires à remplir l'objectif commun. »

Alors que la phase allée est donc terminée, nous sommes cinquièmes à six points du leader et quatre du podium. Nous sonnes revenus dans la course car, il faut le dire, l'écart avec le bas de tableau commençait à se réduire. Malgré tout, pas de plan sur la comète, Jean-Michel reste prudent. « Mon fonctionnement a toujours été de prendre les matchs les uns après les autres. En sport, rien n'est joué d'avance. J'ai confiance dans le collectif pour aller chercher une victoire après l'autre. Pour ce qui est des blessures, ce sont les aléas de chaque équipe, elles font partie du jeu mais il est vrai que nous n'avons pas été trop épargnés. Mais dans ces moments obscurs nous avons serré les dents en attendant des jours meilleurs. Nous avons enregistré l'arrivée de Ovidiu Pavel ce qui nous fait une rotation et un arrière de plus, sa grande carcasse s'ennuyait dans les tribunes de Saint-Claude. Donc après le départ précipité de Flo il a été sollicité et comme vous pouvez le voir, il est bien là le Pavel. »

Ce samedi, place à un nouveau match difficile, à Aix. On espère voir le retour de quelques garçons mais aucun risque ne sera pris. « Les blessés reviendront seulement quand il n'y aura plus aucun risque pour eux et je pense que l'engagement de chacun pendant les entraînements et évidemment pendant le match sera bien plus utile que l'espoir ainsi que l'essentiel : le plaisir de jouer ensemble. »


amicaux

Coach Jean-Michel Charloton :

« Depuis le 3 janvier, pour la reprise, tout s'est très ben passé. Quatre joueurs n'étaient pas encore là cette semaine mais le seront à partir de maintenant. Greg est blessé ce mois-ci. Suite à sa fracture et son opération à la main, Julien ne peut que courir pour le moment. Nous avons mis l'accent sur le physique. Ovidiu met les bouchées doubles pour être en forme rapidement. Tout le monde sera affûté d'ici Monaco (Reprise du championnat le 27 janvier ; ndlr) sans exception et trois matchs amicaux seront là pour se régler et monter en puissance. C'est une nouvelle saison qui commence ! Nous avons eu une série de défaites et de blessures maintenant il faut aller chercher les victoires et j'espère que ça arrivera vite. Le podium ? L'avenir nous dira s'il est encore jouable ou non. Les quatre équipes de têtes vont devoir se rencontrer entre elles et doivent aussi nous rencontrer. Donc, pour l'instant, ça reste à notre portée. Nous verrons bien... Le principal pour le moment est que l'équipe retrouve la victoire et de la sérénité. Les garçons sont des compétiteurs et n'attendent que le succès : il nous fera le plus grand bien. Pour eux, mais aussi pour le club. Pour l'instant, un seul mot d'ordre : travail, travail et travail. »


ovi


  • 22/12/2017

« On ne va pas se satisfaire de notre classement »

Arrivé cet été dans notre équipe Nationale 2, Robin Foubert, avec son expérience et son recul, nous livre son sentiment sur les 40% de la saison qui viennent de s'écouler. Trois victoires pour commencer puis une série de six rencontres sans succès : quatre défaites et deux nuls.

« On ne peut pas dire que nos résultats soient satisfaisants. Il y a eu pas mal de péripéties. En début de saison le club ne s'était pas trop engagé sur les objectifs de l'équipe qui, sur le papier, est plus que costaud, car il y avait pas mal de paramètres inconnus sur la manière dont on allait évoluer ensemble. »

En effet, le coach avait changé avec l'arrivée de Laurent Baudet et des joueurs d'envergures, tels que Sébastien Garain, Thomas Gaudin, Robin lui-même et un nouveau gardien, Jérôme Lopes, pour densifier ce secteur. « Nous avons réalisé un bon début de saison et depuis le départ de Laurent (Au soir de la quatrième journée ; ndlr) nous n'avons plus gagné. Il faut avouer que l'ambiance n'était pas au beau fixe. Les tensions dans une équipe sont normales mais elles doivent aller dans le sens du collectif et ce n'était pas le cas. Laurent n'a malheureusement pas pu gérer certains égos et c'est bien dommage. Je lui souhaite bon vent. »

A ce moment là, nous avons choisi de nous diriger vers une solution interne avec Jean-Michel Charloton, qui entraînait la réserve et Vesselin Petrov, qui était arrivé quelques jours plus tôt pour seconder Laurent. « Malheureusement on ne gagne plus. Les entraînements sont moins tendus certes mais c'est là que sont arrivés tous les petits pépins physiques. La période entre octobre et décembre est assez cruciale sur le plan physique et on paye notre manque de piste estivale et du jeu sur grand espace. Quand on voit qu'on met entre 30 et 35 buts en début de saison et que sur les derniers matchs on peine à en mettre 25 buts il ne faut pas se leurrer. » Robin a été blessé à la cheville, Florian lui au mollet, Julien s'est fracturé le doigt, Loïc a été opéré de l'épaule, le tour de Yohan va arriver pour cette même articulation Pour finaliser tout ça, Florian nous quitte définitivement, il retourne en Alsace pour des raisons professionnelles.

Pour ne rien arranger, dans un championnat, très difficile, avec quatre équipes réserves et / ou centres de formation, mais aussi des équipes très solides comme La Crau et Ajaccio et des derbies toujours intenses contre Monaco et Nice, chaque match est un combat.

Il faut se remettre les esprits à l'endroit et bien préparer le déplacement à Monaco du 27 janvier, pour le compte de la dixième journée. « On va repartir sur un cycle d'environ six semaines de travail pour préparer la suite du championnat. Le préparateur physique (Jordan Kouassi ; ndlr) devrait nous prendre en main dès la fin de semaine et je l’espère nous préparer à performer dès 2018. Nous sommes tous des compétiteurs et on ne va pas se satisfaire de notre classement. »


  • 18/12/2017

Merci Florian !

Comme nous vous l'avons glissé il y a quelques jours dans notre bilan du début de saison pour la N2M, Florian Schneider, ailier droit, nous quitte pour raisons professionnelles.

Il retourne dans son Alsace natale. Florian était arrivé à Saint-Claude à l'été 2016 et a rapidement pris une place importante au club en ayant un rôle de choix dans notre équipe senior masculine et en prenant en main aux côtés de Kaffy Gomis notre catégorie -14 puis donc -15F du club. Il est ainsi l'un des principaux artisans de l'évolution de cette génération qui aujourd'hui se plait en PACA.

« J'ai vécu une super aventure avec elles. Des hauts et des bas mais de supers rencontres avec une ambiance géniale. J'ai vraiment passé dix-huit mois extras : je me suis éclaté avec elles. Une superbe expérience. C'était un régal de les voir évoluer et prendre conscience qu'elles pouvaient aller loin avec l'envie et la volonté. Je me répète mais c'était un groupe d'enfer. J'ai adoré leur crier dessus (rires). Et puis il y a le hand et l'après hand : des filles extras avec de bonnes valeurs. Je ne peux leur souhaiter que du bon. Je garderai un œil sur elle même de l'Alsace. »

Même son de cloche pour son expérience avec les garçons. Florian a adoré. Comme avec les filles, des hauts et de bas, mais une très bonne intégration et une belle ambiance, des rencontres enrichissantes et il leur souhaite de rebondir et de gagner beaucoup de matchs d'ici la fin de saison.

« Pour terminer, un grand merci à toutes les personnes que j'ai pu croiser au club. J'ai eu un accueil des plus géniales. Je me suis senti directement comme à la maison. » Florian, on te regrette déjà, nous te souhaitons le meilleur pour la suite et le club te sera toujours ouvert.


  • 11/12/2017

Oublier 2017 pour rebondir en 2018

Une première page en début de saison et des espoirs que l'on espère idylliques. Mais si l'histoire d'un livre sportif était aussi simple... Le premier août dernier nous avions beaucoup d'ambitions avec notre N2M. Mais une série actuelle de six matchs sans victoire, un changement d'entraîneur au soir de la quatrième journée, les blessures importantes de Florian Schneider au mollet, Robin Foubert à la cheville et récemment une fracture au doigt de Julien Denat, sans oublier la récente opération de l'épaule de Loïc Valat et celle à venir de Yohan Crespin, empêche l'effectif d'être serein et régulier. De plus, samedi soir, à l'occasion de la défaite 26-23 à Saint-Raphaël, Florian a disputé son dernier match sous nos couleurs. Un an et demi après son arrivée, il retourne dans son Alsace natale pour raisons professionnelles. Jean-Michel Charloton et ses hommes ont désormais un mois et demi pour se régénérer et se relancer vers un défi de taille : rattraper le temps perdu pour croire au podium qui était un objectif légitime en début de saison. Certes, Nîmes, Saint-Raphaël, Ajaccio et La Crau ont pris une belle avance mais nous n'avons pour le moment disputé que 40% du championnat. Retour aux affaires le 27 janvier prochain à Monaco où non seulement il faudra retrouver le chemin de la victoire mais également faire oublier la déroute en Principauté de la saison dernière. Histoire également que la course au podium ne s'éloigne pas trop vite, top tôt. Nous sommes tous persuadés qu'avec de la sérénité et surtout un groupe au complet, nous avons les moyens d'enchaîner les victoires. N'oublions pas que cette poule est d'un niveau très élevé, avec pas moins de quatre centres de formation et / ou équipes réserves, qui offrent son lot d'incertitudes à chaque week-end. Notre expérience peut et doit faire la différence.  


  • 08/11/2017

« Il faut guérir les bobos »

Samedi, notre N2M s'est inclinée à la maison 25-27 contre La Crau. Un gros match de haut de tableau qui s'est joué en partie sur la fraîcheur physique en fin de rencontre. Interview de l'un de nos piliers, Grégoire Sanssouci.

Greg, les quinze jours qui ont précédé le match ont été assez agîtés. Il a fallu se préparer dans les meilleures conditions possibles. Malheureusement, il aura manqué peu de choses pour gagner...
Malgré toutes ces péripéties, nous avons réalisé une bonne semaine d'entraînements avant ce match suite à la reprise des séances par Jean-Michel et Vess. Mais nous avons perdu Flo (Florian s'est blessé au mollet il y a quinze jours contre Nîmes ; ndlr) et Robin (Foubert, entorse à la cheville 48 heures avant la rencontre ; ndlr). Deux joueurs majeurs. Du coup, après avoir mené pendant 45 minutes, on a craqué sur la fin. On a manqué de lucidité, on a perdu des ballons en attaque, un peu trop et surtout nous n'avons pas su gérer le cas François Guilloteau qui a porté l'équipe de La Crau en deuxième mi-temps.

Des regrets ?
On termine à deux buts. C'est dommage. Nous aurions aimé offrir cette victoire à notre public. Et puis c'était la Nuit du Hand ! Malgré tout, après cinq journées et avec nos blessés, c'est plutôt encourageant. On va enchaîner contre Istres, un centre de formation, une bonne équipe. On va prendre match après match. Il faut guérir les bobos. De toute façon, on donnera tout à chaque match.

Où peut se situer Antibes au classement en fin de saison ?
Je pense que ça sera une bataille entre quatre ou cinq équipes. Il y aura Nîmes, Ajaccio, La Crau ou encore Istres. Nous, on peut terminer dans le top 5 voir top 4. Ce sera une belle saison si on atteint cette place. Je pense qu'on peut viser le podium, mais cela dépendra de nos blessés notamment car face aux centres de formation, ce sera difficile. Nous on s'entraîne trois fois par semaine et eux une dizaine de fois. 

Les centres de formation, c'est LA clé du championnat ?
On ne sait jamais à quoi s'attendre avec eux. Ils sont quatre. Tu ne sais jamais contre qui tu vas jouer ou contre qui vont jouer tes adversaires directs. Tu peux avoir des joueurs pros qui descendent ou au contraire des cadres de Nationale 2 qui doivent jouer avec l'équipe première etc... S'ils sont au complet, ça sera très dur de les battre. C'est très vif. Mais nous, on peut compenser avec notre expérience. Si on a pas trop de blessés, on sera compétitif pour le haut de tableau car cette année on a une très belle équipe. A nous de continuer à bosser et ça va payer. Il faut compter sur nous, fluidifier notre jeu et jouer plus ensemble et pas comme contre La Crau où en fin de match on était plutôt sur des actions individuelles. On va tout donner !

C'était la seule défaite à la maison de toute la saison ?
Je l'espère. Vraiment. On se doit de montrer un visage conquérant à la maison. Pas comme lors des cinq dernières minutes face à La Crau où, un peu émoussé, on a baissé les bras. A la maison, il ne faut plus perdre. Là, on a cramé un joker. Il faut être irréprochable à domicile. A l'extérieur, on verra ce qui se passe...


  • 31/10/2017

A la découverte de Thomas Gaudin

Il est l'une de nos recrues estivale. Thomas Gaudin a 23 ans et peut évoluer aux postes d’ailier gauche et demi-centre. Il est arrivé à Saint-Claude avec un sacré CV. Après être passé par le Pôle Espoir de Nice, il a connu le centre de formation de Saint-Raphaël et les équipes de France en Cadet et Junior. Par la suite, il a rejoint Sélestat, avec qui il a connu une superbe montée en LNH et donc l'expérience pendant un an de l'élite, même si elle aura été bien compliquée à la place de lanterne rouge.

Gaudin14« Malgré le classement et les difficultés je n'en retiens que du positif. Nous avions un groupe super qui s'est battu à chaque journée et de toute manière, jouer en LNH, contre les plus grands joueurs du monde, reste un kiffe énorme. Ainsi, même si on attendait plus de cette saison, il ne faut retenir que le meilleur. Je remercie les vrais supporters de Sélestat pour leur accueil et leur soutien tout au long de l'année. »
Arrivait, à un âge charnière et donc une relégation pour son équipe en deuxième division, un choix pour Thomas au sujet de son avenir. Après avoir bien réfléchi, il a décidé de reprendre ses études et donc de mettre le haut niveau entre parenthèses. « Ma formation se déroulant sur Saint-Raphaël, je voulais quand même continuer le handball qui reste ma passion. J'ai reçu quelques appels de clubs et au final Antibes est celui qui m'a le plus convaincu. Je remercie la Présidente qui a tout fait pour m'aider dans mon projet d'études. »

Thomas n'est pas totalement arrivé dans l'inconnu puisqu'il connaîssait déjà quelques garçons comme Greg Sanssouci, Julien Denat ou encore Mohamed Mazianne. Même s'il reconnaît qu'il n'avait pas vraiment suivi les résultats de l'équipe lors des précédentes saisons, Thomas arrivait avec la ferme idée d'un club qui veut avancer, qui est ambitieux et qui possède un beau public !

Il se décrit comme un garçon tranquille qui aime côtoyer beaucoup de choses : le golf, le basket, la mode, la lecture, la cuisine et même parfois la peinture. « J'aime sortir, flâner, être avec mon chat, passer du temps avec ma famille et ma chérie et voyager quand je le peux. » Une idole ? Carmelo Anthony. Un style de musique ? Le latino avec par exemple le titre Dile de Don Omar. Le natif de Nîmes affiche avec son mètre quatre vingt-cinq une philosophie qui colle bien à ses nombreuses passions : « On ne vit qu'une fois. »


25/10/2017VessJMC

COMMUNIQUE OFFICIEL DE L'OAJLPHB

Laurent Baudet n'est plus l'entraîneur de notre Nationale 2 Masculine. Vingt-quatre heures après la défaite de samedi soir à Nîmes, qui n'est pas à l'origine de sa décision, il a présenté sa démission aux dirigeants et à notre Présidente Françoise Petrov qui l'a accepté. Ce sont plutôt des problèmes relationnels avec les joueurs qui sont à l'origine de cette décision. Dans ce contexte et à la demande des joueurs, le club a mis en place un duo à la tête du groupe : Vesselin Petrov et Jean-Michel Charloton, deux anciens joueurs du club. Quoi qu'il en soit les joueurs sont fermement décidés à réaliser une belle prestation dans dix jours à l'occasion de la Nuit du Handball contre La Crau. Le groupe possède toute la confiance des dirigeants pour mener à bien cette saison qui a bien débuté sur le plan sportif.


  • 09/10/2017

Une nouvelle victoire contre Montélimar

Samedi soir à Saint-Claude, notre N2M a décroché une troisième victoire en autant de journées de championnat, face à Montélimar / Cruas. Pourtant, Laurent Baudet et ses garçons n'arrivaient pas sur le terrain dans les meilleurs disposition.

Thomas Gaudin et Yohann Crespin sont à l'infirmerie. Quant à Loïc Valat et Alexandre Audou ils étaient retenus professionnellement. « Des absents, des gars qui travaillent, d'autres qui sont malades ou blessés il y en aura sur d’autres week-ends. C'est pour cela que depuis la reprise et même avant j’insiste sur le fait que nous aurons besoin de tout le monde. D’où la nécessité de créer un groupe et non une équipe », nous dévoile l'entraîneur.

Baudet735Après un début de match où chaque équipe va se rendre coup pour coup, nos Antibois vont prendre les devants pour mener 16-11. Mais en milieu de seconde période, Robin Foubert et Grégoire Sanssouci vont tous les deux prendre deux minutes de suspensions.

Conséquence, à la mi-temps, Montélimar va revenir à 18-17. « On était pas dans le rythme en première mi-temps. On a vu de belles choses en attaque. Mais en défense nous avons était long à nous mettre au niveau. Montélimar a des atouts offensifs intéressants et nous n’avons pas fait le nécessaire en première période pour les mettre en échec. » Au retour des vestiaires, but par but, l'écart va à nouveau se creuser. A la 37e, nos adversaires vont prendre un rouge puis, deux minutes plus tard, une suspension de deux minutes. L'écart enfle à nouveau, 27-22 et les garçons conserverons cette marge pour terminer à 40-33. « À la mi-temps on a réajusté les intentions défensives. Nos gardiens font plus d’arrêts. Montélimar fatigue un peu. C'est un tout. »

Nous ne comptons plus que deux équipes à trois victoires dans le championnat, Ajaccio et Antibes. Le groupe démontre son potentiel. Mais le coach reste très mesuré. « Les saisons sont longues et parsemées d’embûches. On ne va pas nier que l’on a une équipe avec de la qualité. Ceci dit nous n’avons fait que trois matchs sur les vingt-deux. Si nous avions perdu les trois premiers matchs je défendrai l’idée qu’il faut du temps et ne pas tirer de conclusions trop hâtives. Nous sommes dans le cas contraire et tant mieux, mais mon raisonnement reste le même. Le seul objectif que l’on se donne est toujours le match qui arrive. »

Pause de quinze jours sans championnat ce qui va permettre au groupe de retrouver des forces après cinq matchs officiels déjà de joués : trois en championnat et deux en coupe. Et le retour à la compétition sera brusque chez une très belle équipe de Nîmes. « Une super équipe. Sans doute la meilleure que nous aurons rencontré depuis le début de saison. Nous avons beaucoup d’ajustements à faire en amont pour pouvoir espérer faire un résultat dans le Gard. Mais nous défendrons chèrement notre peau, ça c’est une certitude. »


  • 03/10/2017

Terminus en coupe de France pour les garçons

Notre N2M a vu son parcours en coupe de France prendre fin ce samedi, à la maison, par une défaite 28-35 face à une formation de son championnat, Monaco. Laurent Baudet notre entraîneur revient sur ce premier revers de la saison. « La défaite est logique. Monaco a mieux négocié les moments clés du match. On s'est dispersé par moment. On a manqué de maîtrise. Il faudra plus de rigueur sur le prochain match en championnat pour l'emporter mais je compte sur mes joueurs pour remettre les pendules à l'heure d’eux-mêmes. » Un retour du succès est attendu donc dès samedi à la maison pour – si possible – une troisième victoire consécutive en championnat. Ce sera face à un relégué de Nationale 1, Montélimar / Cruas. Coup d'envoi à Saint-Claude à 20h15.

ANTIBESMONACO735SITE


  • 26/09/2017

Petit à petit...

Ce week-end, notre N2M a enchaîné une troisième victoire consécutive contre Bâtiment (25-30) après avoir gagné le premier tour de la coupe de France et la première journée de championnat. Laurent Baudet s'exprime... Prochaine échéance la réception de Monaco en coupe de France ce week-end.

Le match face aux Niçois :

« Nous sommes forcement satisfait de cette première victoire à l’extérieur de la saison. Il n’est jamais facile de jouer un promu et encore moins lors d’un derby. BTP avait connu un premier match très difficile à Ajaccio et voulait lancer sa saison en nous recevant aux EK. Le match a été accroché, disputé et chaque équipe a connu des hauts et des bas, mais l’état d’esprit sur le terrain était très correct. Nous avons su être discipliné, on perd moins de ballons que la semaine dernière. On notera aussi que Robin (Foubert ; ndlr) et Thomas (Gaudin ; ndlr) ont su élever leur niveau en attaque. Les choses se coordonnent petit à petit.

La semaine à venir et l'objectif contre Monaco : 

Cette semaine on va alléger la charge avant la réception de Monaco en coupe, ça sera également l’occasion de donner du temps de jeu à des joueurs qui s’entraînent beaucoup mais qui n’ont pas été forcement récompensés ces dernières semaines. On essaye d’intégrer tout le monde dans le projet, mais sur les deux premiers matchs cela a été difficile à mettre en place. On ne peut pas préparer un match de coupe comme un match de championnat, les enjeux sont forcement différents. En revanche, les joueurs qui seront sur le terrain ne seront pas la pour faire de la figuration, on entre toujours sur le terrain pour gagner et donner le meilleur de soit.

La victoire de la réserve : 

Nous sommes contents de la victoire de l’équipe de Charloton. La saison dernière a été difficile et c’est une satisfaction qu’elle démarre par un succès à domicile. Les joueurs non retenus en N2M (David Imbach et Jérôme Lopes notamment ; ndlr) sont à la disposition de l’entraîneur de la réserve et c’est lui qui décide s’il a besoin d’un ou plusieurs éléments pour compléter son effectif, mais bien entendu nous sommes en communication permanente et nous échangeons lui et moi durant la semaine. »

  • 10/09/2017

L'analyse de Laurent Baudet après le succès en coupe de France

10-11 à la 25e et 27-15 à la 45e. « On a montré deux visages au cours de ce match. » Vendredi soir notre Nationale 2 s'est au final imposée 34-21 contre la Nationale 3 du HBMMS et poursuit donc son parcours en coupe.

« Une première mi-temps approximative et un réveil collectif en début de seconde mi-temps qui nous a permis de prendre le large. On connaissait très bien nos adversaires pour les avoir joué deux fois en amical en quinze jours en gagnant à chaque fois par dix buts d'écart. Les joueurs ont sûrement inconsciemment démarré le match assez sereinement. Sauf que l'intensité d'un match de coupe est toujours différente d'un match amical.

On a remis le bleu de chauffe en deuxième mi-temps et l'écart entre les deux équipes a été mis en évidence.GroupeN2M735 Le début de la deuxième mi-temps est intéressant. Jérôme Lopes dans les buts a fait son travail avec dix arrêts et seulement cinq buts pris en 21 minutes. La défense a été plus compacte et nos attaques plus tranchantes. On a aussi pu voir une bonne entrée de Thibault Prévot sur son aile avec un 4 sur 4 en quinze minutes. Dans l'ensemble la réaction du groupe en deuxième mi-temps me satisfait. Mais il faudra plus de constance la semaine prochaine pour l'emporter sur le centre de formation de Aix. » 

Hormis Yohan Crespin qui se remet de douleurs à l'épaule, tout le monde est opérationnel pour les trois séances à venir – lundi, mercredi et jeudi – pour préparer le début d'un championnat très relevé.  « On espère que le public répondra présent comme vendredi, on aura besoin de soutien tout au long de la saison. Face à Mougins il y avait du monde et pour un match en semaine on ne s'attendait pas forcément à ça. »


  • 02/08/2017

Nos Titans sont de retour ! Mardi soir, à la salle Olympique de Mandelieu – dont le club remercie vivement la municipalité pour son hospitalité – les garçons de notre nouvel entraîneur Laurent Baudet ont sué pour la première fois. Une heure et demie de séance avec pour commencer principalement de la course et des étirements puis pour terminer du ballon avec Lopes, Maziane et Hadjeb dans les cages. Sous les yeux de notre Présidente, Françoise Petrov, qui a tenu a être présente et à prodiguer quelques mots, notamment de bienvenu pour nos recrues, les garçons ont lâché les chevaux et les sept semaines de préparation ne seront pas de trop pour arriver prêts pour la coupe de France et le championnat. Tout le monde était là hormis Alexandre Audou qui s'entretient de son côté avant de retrouver ses équipiers la semaine prochaine. Même tarif pour le benjamin de l'équipe, Thibault Prévot, retenu pour raison professionnelle. La saison est lancée...

ALBUM PHOTOS


  • 30/07/2017

« Aucune raison pour que ça ne fonctionne pas »

A l'aube du début de la préparation physique de notre N2M sous la direction de Laurent Baudet, notre pilier et gardien Mohamed Maziane s'est longuement confié avec l'expérience et le verbe qu'on lui connaît.

Momo, un bref retour sur la saison qui vient de s'écouler, que retiens-tu du maintien ?

C'était compliqué. Nous sortions d'une saison de Nationale 3 où nous avions totalement dominé le championnat. Il a fallu, en quelques sortes, réapprendre à perdre et on ne connaissait pas le championnat. On découvrait à chaque match. Et avec peu de rotations, malheureusement, à la moindre blessure, cela s'en ressentait sur le groupe. Au final, tous ensemble à notre niveau, on a vu que nous avions largement le niveau.

L'équipe a souvent fonctionné par série. Trois victoires, puis quatre défaites ou inversement, comment l'expliquer ?

On gagnait quatre matchs oui, mais quand ce sont toujours les mêmes qui jouent, que parfois tu ne tournes qu'à huit ou neuf, inévitablement ça fini par craquer et tu exploses et une série de revers arrive vite. Et puis ça repart. Mais il y a malgré tout des défaites qui sont de vrais faux pas, comme à Vitrolles ou Chateauneuf. Celles là nous ont fait mal. Mais il faut relever la tête, tu n'as pas le temps de réfléchir, tout s'enchaîne très vite.

La saison prochaine, il n'y aura plus trois, mais quatre centres de formation, soit un tiers du championnat, ce qui est énorme...

Les réserves, j'avais déjà connu ça en Nationale 1. Ça fausse complètement le championnat. Un exemple, avec Saint-Raphaël. On les joue chez nous le premier match de la saison et on prend -9. Comme nous étions en début de saison, l'équipe pro était encore au complet, du coup la Nationale 2 aussi. En revanche, chez eux au match retour, on joue une équipe -18 et on gagne +6 ! Je peux affirmer que si Saint-Raphaël a la même équipe toute le saison que celle de la première journée, ils ne perdent pas un match ! Donc c'est à nous d'apprendre à jouer avec ça. A nous de savoir les recevoir.

Et on peut compter sur un groupe antibois plus fort qualitativement et plus épais quantitativement pour bien se comporter ?

Quand tu as un groupe plus élargi, tu peux avoir de la rotation sans perdre de la qualité. Tu peux mieux gérer les matchs. Mais attention, j'ai joué dans beaucoup d'équipes où on ne jurait que par nous pour monter en Pro D2, mais on ne montait pas. Tu peux aligner tous les joueurs que tu veux, mais si tu n'as pas l'osmose qui va avec... Ce qu'a réussi à faire Gilles était très compliqué. Quand tu as quelques recrues, il faut que ça prenne. Si c'est le cas, tant mieux, c'est le jackpot. Encore une fois, des recrues c'est bien, mais c'est sur le terrain que tout se joue.

Et cette osmose va commencer à se créer dès les premières séances en ce début de mois d'août ?

Oui et non. Ce sera surtout dans la difficulté pendant un match. Lors de la préparation, on apprend à se connaître. Mais en match, c'est là que tu vois l'état d'esprit. Car quand tu gagnes, tout le monde est beau, gentil et fort ! Mais quand tu perds, ce n'est plus pareil. Cette année, on a fait des séries, défaites ou victoires, mais on avait ce fameux état d'esprit. Bien entendu que, lorsque tu perds, deux, trois quatre matchs, c'est dur de se relever. Mais on se parlait et c'était reparti. Car tu peux aussi avoir des joueurs individualistes, pas forcément centrés sur le groupe et d'autres oui. On va voir ce que ça va donner, mais je connais plusieurs garçons qui arrivent et il n'y pas de raison que ça ne fonctionne pas. Mais on verra surtout en début de saison, quand tu es à 20-20 à dix minutes de la fin du match. C'est là surtout que tu vois réellement ce que le groupe a dans le ventre. Car à l'entraînement, ça rigole, ça s’entraîne bien etc... Je me souviens il y a deux ans quand je suis arrivé. On tuait tout le monde en amical et puis en début de championnat on a enchaîné les mauvais résultats. La série de dix-huit victoires est arrivée après que Gilles nous ait dit nos quatre vérités et qu'on se soit nous aussi parlé. Il fallait mettre les choses au clair et tant mieux si ça a fonctionné. Pour la saison à venir, il n'y a pas de raison que ça ne fonctionne pas, il faut y croire. Je pense que ça va le faire. Il n'y a pas de méchant garçon.

Et toi personnellement, comment avances-tu vers cette nouvelle année, ta troisième saison à Saint-Claude. Un groupe qui va évoluer quelque peu, nouveau coach, nouvelle direction, nouvelle Présidente...

Moi, je suis dans mon cocon. Je suis là pour jouer au handball. Oui, il y a une nouvelle Présidente, une nouvelle direction, un nouveau projet global pour le club et c'est très bien. Mais moi, j'ai une préparation à faire et des matchs à jouer. Lors du championnat, je dois montrer mon nom, mon maillot : prouver. Il faut que l'équipe, les joueurs, ait confiance envers les gardiens. Chaque année, même quand je jouais en Nationale 1, je devais prouver encore et toujours car d'une saison à une autre tu peux passer de n°1 à jouer en réserve. Tu dois toujours prouver, toujours être performant. Même si je ne suis pas le premier à bosser à fond aux entraînements, inconsciemment tu dois toujours être à fond. Analyser tes points forts, tes points faibles, ceux des adversaires et préparer les matchs. En Nationale 3, on connaissait tous les adversaires. On bloquait leurs points forts et c'était plié. Alors qu'en Nationale 2, on ne connaissait personne. On découvrait à chaque match et donc tu dois toujours prouver.

La principale variante vis à vis de la saison passée est le changement d'entraîneur avec l'arrivée de Laurent Baudet. Comment l'appréhendes-tu ?

Laurent, on s'est croisé quelques fois en amical quand j'étais à Villeneuve-Loubet et lui entraîneur au HB3M. Hormis ça, je ne le connais pas du tout. Il va y avoir de nouvelles façons de travailler, de nouvelles méthodes. Nous, les joueurs, nous sommes les exécutants et on doit s'adapter. Le coach va arriver avec son projet et ses mises en place. On va tout faire pour que ça porte ses fruits avec ce groupe étoffé par des joueurs de qualité. On verra le projet de Laurent. Certains coachs vont plus jouer la défense, d'autres l'attaque et d'autres la transition. Nous, on s'adaptera, comme le coach peut aussi s'adapter en cours de saison pour un réajustement. Nous, en priorité, il nous faudra bien intégrer les nouveaux, que le coach se sente à l'aise, comme moi lorsque je suis arrivé il y a deux ans.

Beaucoup de gens extrapolent sur les capacités de la N2M à jouer le haut de tableau. Que penses-tu de tout cela ?

Pour tout dire, j'ai hâte de connaître le réel projet du club. Savoir vraiment ce qu'on va jouer. Autrement dit, savoir ce que le club veut faire si on est premier en février. Car pour des gars comme moi qui travaillent à côté, c'est compliqué. La Nationale 1, c'est beaucoup plus d'investissement. J'ai joué quinze ans en Nationale 1 et tu vois très vite la différence entre les mecs qui ne font que du handball et ceux qui ont une vie professionnelle à côté. Avec la fatigue, tu risques d'exploser. J'ai hâte de savoir... Mais encore une fois, beaucoup de choses vont rentrer en ligne de compte. Il faut aussi avoir un facteur de réussite. Que ce soit pour les blessures ou bien ces fameux matchs contre les réserves. Il faut toucher du bois, bien se préparer, bien s'entraîner et on va lancer la machine.

Enfin un mot pour les supporters et partenaires du club ?

Si nous avons un premier objectif à nous donner, c'est celui de ne perdre aucun match à domicile en offrant un super spectacle. A nous aussi de montrer l'exemple car les jeunes viennent nous voir jouer et ils s'imaginent à notre place, comme nous l'avons été. Il nous faut donner une super image de nous-même et du groupe. Nous allons tout faire pour dominer le championnat.


  • 13/06/2017

Comme vous le savez, Robin Foubert, arrière gauche, nous rejoint en N2M pour la saison prochaine ! Robin aspire à retrouver de la sérénité après deux saisons très difficiles à Mougins – HB3M pour HBMMS – où sportivement il aura connu deux relégations.

« Je suis heureux de rejoindre Antibes ! J'ai hâte de retrouver une nouvelle ambiance. Il y a un challenge sportif et humain qui m'attise. Rester au niveau N2M n'était pas vraiment une obligation pour moi. C'est plutôt les personnes qui gravitent dans et autour du club qui m'ont convaincu de venir. Depuis quelques années Gilles m’appelait pour avoir des nouvelles sur les années à venir mais en pleine phase de reconversion avec des enfants en bas âge j'avais mis en avant le côté sentimental et pratique. »

Robin va donc rejoindre un groupe qui a du caractère et qui a énormément progressé grâce au « travail monstrueux de Gilles. Je lui souhaite bon vent. Le club se structure et fidélise les gens par de nombreux événements et je trouve ça vraiment très bien pour le handball et le club. » Robin est également inspiré par le projet du club et de l'arrivée de Laurent Baudet : voir des jeunes défendre les couleurs de leur ville. Pour ce qui est des objectifs, Robin attend. Et c'est normal. Tout le monde attend. Chacun connaît le recrutement de qualité du club en N2M mais attendons dans un premier temps la reprise en août puis septembre. « Mais on ne peut nier que l'équipe a de la gueule et je suis fier d'en faire partie ! On va retrouver une partie de l'équipe du Pôle Espoir de 2003. Il ne manque plus que Barachet et Accambray. »

En conclusion, Robin espère que le HBMMS, qui jouera en Nationale 3 à la rentrée, retrouvera une dynamique positive. « Je vais les suivre : j'habite à cinq minutes du gymnase. Je souhaite à la nouvelle organisation du club de réussir. Mais je suis très heureux de rejoindre Antibes. J'ai entendu dire que la salle Saint-Claude était chaude... J'espère qu'elle le sera autant l'an prochain. »

PARTENAIRES INSTITUTIONNELS

Partenairesinst

BGmax N3M